Embolie pulmonaire : Anthony Kavanagh ne peut toujours pas remonter sur scène

Publié le 19 Janvier 2018 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Anthony Kavanagh, forcé d'annuler plusieurs spectacles après avoir été victime d'une embolie pulmonaire en décembre 2017 annonce qu'un mois après son état de santé ne lui permet toujours pas de remonter sur scène l'obligeant à annuler d'autres dates en France. 
Publicité

© AFPLa situation ne s'améliore pas pour l'humoriste québécois Anthony Kavanagh. Après avoir déjà annulé plusieurs spectacle de sa tournée "show man" en Nouvelle-Calédonie à cause d'une embolie pulmonaire son équipe de communication annonce maintenant l'annulation de plusieurs autres spectacles dont celui du vendredi 19 janvier au Palais Nikaïa de Nice. Le spectacle de Toulouse a été décalé au 21 février, les organisateurs cherchent actuellement les meilleurs solutions en ce qui concerne les dates de Lyon, Nice, Marseille et Rodez , rapporte son staff sur le compte Facebook officiel de la célébrité.

Publicité

"A la demande du médecin et malgré toute la volonté d'Anthony, son état physique ne lui permet pas de reprendre le chemin de la tournée, lui obligeant à reporter toutes les représentations en France durant le mois de janvier", a déclaré son équipe dans un communiqué.

Publicité

Après avoir dû annuler son spectacle à Tahiti, l'humouriste avait été forcé au repos complet par les médecins jusqu'à nouvel ordre, lui conseillant de limiter toute activité physique. L'humouriste a posté une photo d e lui sur Facebook le 20 décemre 2017 sur son lit d'hôpital souhaitant rassurer ses fans avec un message de remerciement : "Je souhaite remercier tous mes fans pour la gentillesse de leur message. Vous êtes adorables. Vraiment merci beaucoup pour votre compassion. Je reviens encore plus fort, gardez vos billets."

Embolie pulmonaire : les signes

Il s’agit de la migration du caillot développé dans une veine profonde qui va se bloquer dans l’artère pulmonaire. Pour cela, le caillot suit le sang des jambes qui remonte au cœur, puis est expulsé par le ventricule droit dans l’artère pulmonaire où il provoque un blocage partiel de l’irrigation sanguine des poumons. Le risque est que le sang veineux, pauvre en oxygène, apporté aux poumons par l’artère pulmonaire, "bloquée" par les caillots, ne puisse plus s’oxygèner correctement, provoquant un essoufflement.

Elle se manifeste par une douleur brutale dans la poitrine, sur les côtés, comme un "coup de poignard". Il s’y associe une gêne respiratoire sous la forme d’un essoufflement soudain. Très rarement, elle peut donner un malaise. Son diagnostic reste très difficile en raison de symptômes souvent anodins (petite douleur, essoufflement passager) et parfois même complètement absents.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X