Dénosumab : un risque de fracture des vertèbres lorsque vous arrêtez ce traitement

Publié le 19 Juin 2018 à 11h38 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Dans un communiqué du 18 juin 2018, l'ANSM rapporte une suspicion d'augmentation du risque de fractures liées à l'arrêt du médicament Denosumab (Prollia®) prescrit contre l'ostéoporose. 

Si vous prenez le médicament Denosumab (Prolia®) attention ! Une enquête de pharmacovigilance vient d'être lancée par l'ANSM suite à la déclaration de plusieurs cas de fractures vértébrales multiples après l'arrêt du traitement, annonce l'agence du médicament dans un communiqué du 18 juin 2018. Ce médicament est prescrit chez les patients à risque élevé d'ostéoporose (principalement les femmes ménopausées) afin de renforcer les os pour limiter le risque de fractures.

La balance bénéfices/risques reste positive

Selon le communiqué, onze cas de personnes ayant arrêté le traitement auraient subi de multiples fractures osseuses ont été déclarés en France. Les autorités sanitaires craignent donc un effet rebond causant une perte de densité osseuse une fois que le patient cesse de prendre le médicament. Le médicament faisant déjà l'objet d'une surveillance de la part de l'ANSM depuis 2011 subira donc une nouvelle analyse afin de confirmer ou pas les suspicions liées aux risques de fractures et à l'arrêt du traitement dont les résultats devraient être connus pour l'automne.

Les auteurs du communiqué ont tenu à tempérer en soulignant que la rapport bénéfice/risque du médicament reste positif qu'il n'est pas donc pas recommandé de stopper la prise. En attendant, les professionnels, "compte tenu de la perte osseuse et du risque potentiel de fractures vertébrales multiples à l’arrêt du traitement, d’instaurer, en relais de Prolia®, un traitement par biphosphonate oral ou injectable pour une période de 6 à 12 mois", explique l'ANSM.

Vidéo : L'arrêt de ce médicament augmenterait le risque de fractures

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X