Crise cardiaque : l’année la plus dangereuse

Publié le 07 Novembre 2017 à 10h37 par Chloé Parisse, journaliste santé
Les femmes ayant eu une crise cardiaque seraient plus sujettes à décéder dans l'année qui suit l'infarctus, que les hommes avec les mêmes antécédents.

© Adobe StockDes chercheurs de l'Université Technique de Munich (TUM) en Allemagne ont réalisé une étude qui démontre que la première année après qu'une femme ait subi une crise cardiaque est l'année où elle sera le plus sujette à la mortalité par rapport aux hommes.

"26% des survivants étaient des femmes, 74% des hommes"

Les chercheurs ont analysé les données de 4100 patients ayant participé à deux études "ISAR-RISK" et "ART" entre 1996 et 2005. Tous ont été victimes d'un infarctus du myocarde avant de participer à ces analyses. Les études ont permis de fournir des informations précises sur les participants concernant :- leur antécédent d'infarctus du myocarde- leur rythme cardiaque- la présence d'hypertension et de diabète- leur statut tabagique- leur fraction d'éjection ventriculaire gauche (FEVG), c'est-à-dire la proportion de sang éjectée du ventricule gauche à chaque pulsation- les éventuels traitements de revascularisation subit, c'est-à-dire l'ensemble des gestes thérapeutiques qui ont restauré l'apport en oxygène du muscle cardiaque

Après avoir comparé les données des deux sexes, les résultats montrent que les femmes ont eu plus tendance à souffrir d'hypertension et de diabète que les hommes. Parmi les 3840 patients encore en vie, 26% étaient des femmes et 74% des hommes, les femmes présentent donc un risque de mortalité accrue.

Les femmes sont 1,5 plus susceptibles de mourir que les hommes

Les femmes meurent davantage de crise cardiaque en raison de leur âge au moment de l'infarctus qui est généralement 10 ans plus tard que la moyenne des hommes. De plus, les crises cardiaques chez les femmes sont rarement déclenchées par un rétrécissement des vaisseaux sanguins, anomalie qui peut être élargie facilement par le biais d'une opération où l'on débouche l'artère. Au contraire, elles ont plus tendance à contracter une maladie coronarienne assez diffuse qui peut affecter plusieurs sites vasculaires et les procédures d'ablation locale ont beaucoup moins de chances de réussir. Le Dr Romy Ubrich, un des auteurs de l'étude, explique : "Si nous regardons la période d'enquête complète de cinq ans après la crise cardiaque, il n'y a pas de différences sexospécifiques exceptionnellement importantes si nous nous ajustons pour des facteurs tels que l'âge, les conditions et le type de traitement" avant de poursuivre "mais nous avons été surpris par les données pour les premiers 365 jours après l'événement: Pendant ce temps, les femmes étaient 1,5 fois plus susceptibles de mourir que les hommes."

Un suivi particulier pour ces femmes

Les scientifiques encouragent les médecins à suivre de plus près les femmes ayant eu un infarctus. Pour le Pr Georg Schmidt, co-auteur de l'étude : "Il est important de prêter une attention particulière aux patientes, en particulier la première année après l'événement."

Vidéo : L'infarctus du myocarde - Crise cardiaque

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X