Comment votre repas de Noël peut vous causer une crise cardiaque

Une étude américaine révèle le nombre de calories qu'une personne peut ingurgiter en moyenne pendant un repas de Noël et qui peut multiplier par 4 le risque de faire infarctus le même jour.
Adobe Stock

Foie gras, dinde, chocolat...La période des fêtes c'est souvent le moment de tous les excès. Mais attention, comme toutes les bonnes choses le repas de Noël pourrait être dangereux pour votre coeur. Marvin Lipman, médecin pour le New York Medical College (Etats-Unis) et auteur d'un communiqué pour le magazine de consommateur Consumer Reports met en garde contre les risques de crise cardiaque quand on mange beaucoup trop et surtout très gras.

Un risque d'infarctus multiplié par 4 si antécédent

"En moyenne une personne peut manger jusqu'à 5 240 calories pendant le repas de Noël, révèle la spécialiste, soit jusqu'à 190 grammes de graisses". La plupart du temps, on élimine cet excès au cours des mois précédents sans trop de dommages collatéraux, mais ceux qui ont déjà des risques cardiovasculaires courent un danger plus grave. Au cours d'une étude menée sur 2000 personnes ayant déjà été victimes d'une attaque cardiaque auparavant, un repas aussi copieux peut multiplier par 4 le risque de refaire un infarctus dans la même journée.

Le médecin explique qu'un repas copieux et gras augmente le taux de triglycérides pouvant causer une inflammation des vaisseaux sanguins qui entourent le coeur. Mélangé àvl'alcool responsable d'un pic de substances semblables à l'adrénaline qui entraîne de l'arythmie, le risque cardiovaculaire n'est pas à prendre à la légère.

> Nutrition - Comment éviter de prendre du poids pendant le confinement?

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Reconnaître les signes d'un infarctus

Source(s):

Big Holiday Meal Can Trigger A Heart Attack, Consumer Reports, 18 décembre 2017