Labiaplastie (opération de réduction des petites lèvres vaginales), épilation totale des parties génitales... Beaucoup de femmes souhaitent améliorer l’aspect leur intimité. Mais pour quelle raison ? Selon une étude du Dr Ellen Laan, psychologue et professeur de sexologie à l’université d’Amsterdam (Pays-Bas), beaucoup de femmes ont des doutes sur la "normalité" de leur vulve, sans doute influencées par l’image véhiculée par la pornographie. La chercheuse et son équipe ont tenté de lever le doute via une étude sur une quarantaine de femmes.

Celles-ci devaient "noter" l’image qu’elles avaient de leur propre zone génitale avant et après (tout de suite et deux semaine plus tard) l’observation d’une série de photos d’objets neutres, mais aussi de vulves naturelles. En parallèle, elles ont donné des informations concernant leur activité sexuelle et leur estime d’elle-même.

Résultats : La plupart des femmes avaient à l’origine une vision plutôt positive de leurs organes génitaux, et encore plus après avoir visualisé la série de photos, même après deux semaines. Et cela indépendamment de leurs réponses aux questions sur leur estime d’elle-même.

"Aider les femmes qui envisagent une labiaplastie"

"Il faut néanmoins souligner que les femmes dans cette étude étaient d’emblée satisfaites de leur sexe et il serait maintenant important de déterminer si cela pourrait aider les femmes qui sont préoccupées depuis longtemps par l’aspect de leur vulve et envisagent une labiaplastie", a expliqué la chercheuse au Figaro.

Néanmoins, cette première étape a été saluée comme une contribution positive à la "normalisation" des parties génitales de la femme, quelle que soit la longueur des lèvres vaginales.

Ne vous sentez plus mal à l'aise lorsque vous portez un masque ! Découvrez le support de masque qui vous simplifie votre quotidien !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.