ASCO 2018 : un traitement permet une meilleure survie au cancer du pancréas

Publié le 04 Juin 2018 à 12h12 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Les résultats d'une nouvelle étude présentés au congrés annuel de l'ASCO 2018, révèlent l'efficacité d'un traitement permettant de rallonger la survie des patients atteints d'une des formes les plus fréquentes du cancer du pancréas.

© FotoliaUne bonne nouvelle pour la recherche contre le cancer du pancréas. Lundi 4 juin 2018, lors du congrès médical annuel de l'ASCO 20180, rassemblant les plus grands oncologues du monde, le Pr Thierry Conroy, oncologue spécialiste des cancers digestifs et directeur général de l'Institut de Cancérologue de Lorraine a donné les résultats d'une étude prometteuse concernant un traitement permettant aux malades de vivre plus longtemps. "Pour la première fois, une association de chimiothérapie montre un bénéfice marquant en traitement adjuvant du cancer du pancréas par rapport à la chimiothérapie de référence, la gemcitabine. Ceci se traduit notamment par une augmentation importante de la survie des patients", a-t-il expliqué.

Un temps de survie rallongé avec le FOLFIRINOX

Baptisée Prodige 24-PA.6 cette étude financée par le Ministère de la Santé et la Ligue nationale contre cancer porte sur "l’efficacité d’une polychimiothérapie, le FOLFIRINOX" par rapport au traitement de référence, la gemcitabine, chez des patients ayant été opérés d’un cancer du pancréas localisé, explique le communiqué. Elle a été menée sur 493 patients de 77 centres en France et au Canada, tous touchés par un adénocarcinome canalaire du pancréas, la forme la plus fréquente de ce type de cancer.

Après l'opération consistant à retirer la tumeur, une partie des patients ont reçu un traitement adjuvant de 6 mois par gemcitabine et d'autres par le nouveau le FOLFIRINOX pour éliminer "les cellules cancéreuses résiduelles". Résultats : avec le FOLFIRINOX la période avant une éventuelle récidive a "reculé de 9 mois" et le temps de survie est passé à 54,4 mois contre seulement 35 mois avec le gemcitabine.

Néanmoins, même si cette approche offre des perspectives positives étant donné que le cancer du pancréas est l'un des plus meurtriers et virulents, les chercheurs ont expliqué que le FOLFIRINOX comporte un niveau d'effets indésirables plus élevé que le gemcitabine qui sont principalement d'ordre hématologique.

Vidéo : Ces signe peuvent révéler un cancer du pancréas

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X