Amputé suite à une mauvaise prise en charge, il porte plainte contre l’hôpital de Grenoble

Publié le 21 Novembre 2017 par
Amputé d'une jambe suite aux négligences du médecin du Smur et du CHU de Grenoble, la victime décide de porter plainte explique le Parisien.
Publicité

© Adobe StockC'est une situation inhabituelle qui touche le CHU de Grenoble en Isère qui se trouve actuellement devant le tribunal. Thomas, 21 ans, amputé sous le genou porte plainte pour négligences du médecin du Smur qui la pris en charge rapporte Le Parisien.

"Va doucement, mais j'attends depuis un moment, là..."

Employé dans une salle de loisirs à Eybens dans l'agglomération de Grenoble, le 7 février vers 22h, Thomas fait une démonstration de trampoline. Au moment de la réception, son genou se tord à 90 degrés, rapporte Le Dauphiné Libéré. Un employé de la salle de trampoline s'empresse de contacter le SAMU. Au téléphone, le médecin demande à l'accidenté de remettre son genou en place rapporte Le Parisien. Le quotidien a pu se procurer l'échange et relève un ton agacé de la part du professionnel de santé : "Ton genou, tu peux pas le remettre dans l'axe ?" avant de poursuivre "Va doucement, mais j'attends depuis un moment, là..." Après de nombreux efforts, Thomas parvient à remettre son genou mais dit au médecin qu'il ne sent plus ses orteils, les pompiers sont alors envoyés sur place rapporte le Parisien. En réalité, Thomas souffre d'une grave fracture du plateau tibial mais il ne le sait pas encore. Le quotidien explique qu'il est évacué en urgence vers l'hôpital Nord de Grenoble où on lui prescrit un angioscanner à 3h du matin, le 8 février. L'examen est réalisé le lendemain à 10h du matin, soit 12 heures après l'accident. L'après-midi même a lieu l'opération où les professionnels constatent que la jambe n'est plus irriguée par le sang depuis l'accident, un "risque d'amputation" est alors observé rapporte Le Parisien. "J'avais de la fièvre, je souffrais le martyre. Je n'avais qu'une envie : ne plus subir ça. Je n'avais pas le choix. J'ai choisi de vivre." confie le jeune homme au quotidien francilien. Thomas est amputé le 16 février.

Publicité
Publicité

Plainte pour cumul de fautes

Le Parisien rapporte que l'avocat de Thomas, Me Edouard Bourgin, a déclaré : "Comment imaginer que l'on impose à une victime choquée de faire elle-même, avec une seule main, l'autre tenant le téléphone, ce geste réservé à un professionnel ? Cela a contribué à la perte de sensibilité de sa jambe". L'avocat de la famille et spécialiste du préjudice corporel souhaite aller au pénal pour engager plusieurs procédures. Il souhaite demander une indemnisation provisoire et porte plainte "pour faire toute la lumière sur ce cumul de fautes caractérisées." Unijambiste, le jeune homme espère obtenir réparation de la part de l'établissement hospitalier afin d'acheter une prothèse explique Le Parisien.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X