Allergie : alerte au pollen d’ambroisie

Le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a annoncé le vendredi 20 juillet le retour des pollens d'ambroisie, avertissant également les personnes allergiques d'un pic pollinique début août.

Publicité

© IstockAvis aux allergiques à l'ambroisie, qui risquent de ne pas pouvoir apprécier pleinement de leurs premiers jours du mois d'août : le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) a informé le 20 juillet 2018 du retour de l'ambroisie sur l'ensemble du territoire français, avec un pic prévu entre le 5 et le 8 août.

Publicité
Publicité

Une infestation qui survient plus tôt que prévu, puisque le premier pic est généralement détecté en septembre. Face à cette situation, le ministère de la Santé a lancé vendredi 20 juillet 2018 un appel aux municipalités afin que celles-ci recrutent des volontaires pour éliminer l'ambroisie. Toutefois, si le RNSA affirme que les pollens d'armoise "seront disséminés sur toute la France", il indique que le risque d'allergie sera "entre nul et faible".

Qu'est-ce que l'ambroisie ?

Selon l'Agence nationale de sécurité de sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses), l'allergie aux pollens touche 15 à 20% de la population française. Les pollens d'ambroisie sont les plus préoccupants, car très allergisant et allergène.

L'ambroisie est une plante invasive originaire d'Amérique du nord particulièrement envahissante. On la reconnait par sa tige de couleur verte et couverte de poils blancs, ses feuilles découpées et vert vif mais également ses fleurs, de couleur vert-jaune, qui portent le pollen. Ce dernier comporte des risques potentiellement graves chez les personnes sensibles, puisqu'il peut entrainer des rhinites, des conjonctivites, des trachéites, de l'asthme ainsi que de l'urticaire.

Il est important de signaler les plants d'ambroisie. En cas de présence sur votre propre terrain, vous devez l'éliminer en prenant soin de respecter quelques précautions : "l'arracher à l'aide de gants, en faisant attention au pollen qui est relâché par les fleurs (porter un masque)", puis "la faucher si les surfaces sont importantes. Il est alors préférable de réaliser plusieurs fauches, dès l'apparition des fleurs."

Il est également possible de l’empêcher de pousser en semant du gazon, en évitant de tondre trop ras et l'utilisation de désherbants totaux, et en recouvrant le sol nu par une toile.

 
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X