Alerte sur un risque de surdosage grave avec un médicament de la goutte

Publié le 23 Septembre 2016 à 9h35 par Rédaction Medisite
Dans un communiqué du 21 septembre 2016, l'Agence nationale de sécurité du médicament alerte sur les risques de surdosage grave de la colchicine, un médicament indiqué notamment en cas de crises de goutte.
Fotolia

Après avoir été informée d'effets indésirables graves, dont certains d'issue fatale, l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) alerte dans un communiqué des risques de surdosage grave liés à la prise de colchicine. La colchicine est "un médicament à marge thérapeutique étroite, ce qui signifie que la différence entre la dose thérapeutique et la dose toxique est faible. Ainsi, des variations de concentration dans l’organisme peuvent être à l’origine d’effets toxiques et il n’existe pas à ce jour d’antidote spécifique" explique l'Agence. Dans ce contexte, le résumé des caractéristiques du produit (RCP) et la notice ont été mis à jour et un nouveau schéma posologique a été élaboré.

En clair : La dose maximale de colchicine par prise est de 1 mg et les prises doivent être réparties dans la journée. Les posologies quotidiennes doivent être dégressives : 3 mg au maximum le premier jour, 2 mg les deux jours suivants, puis 1 mg à partir du 4 ème jour.

Les signes de l'intoxication

Parmi les signes précoces d'une intoxication qui doivent alerter le patient figurent les douleurs abdominales, la diarrhée profuse, les nausées et vomissements. "Une diminution de la posologie ou un arrêt de traitement devra alors être envisagé" recommande l'Agence.

Elle demande par ailleurs aux professionnels de santé de respecter la posologie recommandée ainsi que les indications et contre-indications de ce médicament, en particulier chez le sujet insuffisant rénal sévère ou insuffisant hépatique sévère. Il faut aussi faire attention aux interactions médicamenteuses de ce médicament (pristinamycine et macrolides notamment).

La colchicine (Colchimax® et Colchicine Opocalcium®) est indiquée dans la prise en charge de l’accès aigu de goutte, en prophylaxie des accès aigus de goutte chez les patients atteints de goutte chronique, dans les autres accès microcristallins (chondrocalcinose et rhumatisme à hydroxyapatite), dans la maladie périodique et la maladie de Behçet.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

La rédaction vous recommande sur Amazon :