Alerte à l’anthrax dans les Hautes-Alpes : des mesures de précaution mises en place par les autorités

Publié le 23 Juillet 2018 par Cécile Bourdeaux, journaliste santé
De nouvelles suspicions de fièvre charbonneuse concernant deux bovins viennent d'être signalées dans les Hautes-Alpes.
Publicité

© Adobe StockLe 12 juillet 2018, la préfecture des Hautes-Alpes alertait sur le décès de 7 bovins issus de 4 élevages entre le 30 juin et le 8 juillet 2018 dans les villages de La Bâtie-Neuve et Montgardin dans les Hautes-Alpes. Les analyses ont montré la présence confirmée de fièvre charbonneuse pour 2 bovins. Les 19 et 20 juillet 2018, 2 nouveaux bovins ont été signalées dans des élevages de la commune de La Bâtie-Neuve et de Chorges, toujours dans les Hautes-Alpes. Les autorités sanitaires élargissent les secteurs concernés par les mesures de prévention.

Un risque de contamination pour les éleveurs

Causée par la bactérie Bacillus Anthracis présente dans les sols, la fièvre charbonneuse est infectieuse mais non contagieuse. Cette maladie, appelée anthrax en anglais, touche principalement les animaux mais aussi les hommes si la viande d'animaux contaminés a été consommée.

Publicité

Les services de l’État comprenant la Préfecture, la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP) et l'Agence Régionale de Santé (ARS) ont pris l'ensemble des mesures nécessaires pour contenir le risque de contamination d’autres animaux. Les élevages ont été placés sous surveillance et certaines mesures de prévention ont été prises concernant les activités professionnelles en lien avec les animaux d’élevage :

Publicité

- le traitement antibiotique et/ou la vaccination de tous les animaux des élevages concernés.

- l’interdiction de sortie de ces animaux des exploitations et des pâturages où ils se trouvent.

Publicité

- le retrait de la consommation humaine de tous les produits susceptibles d’être contaminés et l’interdiction de l’utilisation des captages d’eau privés du secteur pour le bétail et les personnes.

La préfecture souligne que "Seules les personnes ayant manipulé les cadavres d’animaux morts de la maladie – l’éleveur, le vétérinaire, l’équarrisseur – peuvent présenter un risque d’avoir été contaminées". Ces personnes ont toutes été identifiées et orientées vers leur médecin traitant afin de pouvoir bénéficier si besoin d’un traitement antibiotique préventif. Les éleveurs et vétérinaires suspectant un cas de la maladie sont toujours invités à contacter au plus vite les services de la DDCSPP au 04 92 22 22 30.

"Le risque de contamination à l’homme demeure très faible"

Enfin, pour éviter une éventuelle contamination, les autorités ont mis en place des mesures de prévention générale sur les communes de La Bâtie-Neuve, de Montgardin et de Chorges. Il est donc recommandé de respecter les enclos des pâtures, ne pas toucher les animaux trouvés morts, tenir les chiens en laisse et ne pas cueillir les baies sauvages et les champignons. La préfecture des Hautes-Alpes tient à rappeler que le risque de contamination à l’homme demeure très faible.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X