1 cancer du côlon sur 5 serait dû à une cause génétique

Publié le 26 Décembre 2017 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Des chercheurs américains révèlent dans une nouvelle étude que dans 20% des cas de cancers du côlon précoces le risque serait identifiable au niveau de l'ADN.
Publicité

© Adobe Stock43 068, c'est le nombre de nouveaux cas de cancars du côlon en 2015 estimés par L'insititut National du cancer. SElon une étude nouvelle étude menée par les chercheurs de l'University of Michigan (Etats-Unis) révèle que chez 20% des personnes ayant été victimes d'un cancer du côlon jeunes la génétique avait engendré une anomalies responsables de son développement. Un pourcentage qui serait encore plus grand selon eux, pour les personnes ateints de la maladie passé 50 ans.

Fire passer des tests génétiques à tout le monde

Pour en arriver à cette conclusion, les chercheurs ont étudié la génétique de 430 personnes âgées de moins de 50 ans dont la cancer du côlon a été diagnostiqué entre 1998 et 2015. "Jusqu'ici en ce qui cocnerne cette pathologie nous paensions que le facteur génétique était fiable", explique Elena Stoffel, interne en médecin et l'une des auteurs de l'étude dans le rapport.

Publicité

Jusqu'ici il n'y a que les pateints avec des antécédents qui méritaient qu'on observe leur terrain génétique afin de vérifier la prévalence à développer eeux aussi la maladie. Mais avec cette étude, les chercheurs pensent qu'il serait bon de faire passer des tests génétiques à toute la population et mettre un en place une prise en charge de ce dépistage par ADN par l'Assurance maladie.

Publicité

Cancer de l'intestin ou du côlon : la différence

Le cancer du côlon, et plus précisément du côlon et du rectum, représente l’un des types de cancers les plus fréquemment diagnostiqués en France. Ce dernier se développe au sein des muqueuses coliques. Mais lorsqu’il est détecté précocement, ce cancer présente un pronostic favorable (9 cas sur 10). C’est la raison pour laquelle les pouvoirs publics ont mis en place un programme de dépistage gratuit pour les hommes et les femmes à partir de 50 ans. En cas de résultats positifs, différents traitements peuvent être mis en œuvre : chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, thérapies ciblées…

Le cancer de l’intestin grêle

L'intestin grêle, ou petit intestin, constitue la structure digestive qui succède à l'estomac et au duodénum, et se situe juste avant le côlon. Beaucoup moins fréquent que le cancer colorectal, le cancer de l’intestin grêle est difficilement détectable lors des premiers stades d’évolution car il n’occasionne pas de symptômes caractéristiques. Seules des douleurs abdominales poussent souvent les patients à consulter. La prise en charge de ce type de cancer dépend de nombreux paramètres, même si l’ablation chirurgicale de la tumeur, voire la résection d’une partie de l’intestin grêle, reste l’option thérapeutique privilégiée.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X