Vidéo associée: 

27èmes jeux des transplantés et dialysés 2019 : pourquoi il faut les encourager !

Laurent Desormeaux est greffé du rein depuis son plus jeune âge. Grand sportif, il court encore 10 km en 45 minutes et pour la bonne cause ! Celle du don d'organes et de l'association Trans-Forme. Il participe au 27èmes jeux des transplantés et dialysés 2019 du 29 mai au 2 juin 2019 et nous explique pourquoi il faut absolument aborder la question du don.

Médisite : Pourquoi avez-vous été transplanté ?

Laurent Desormeaux : "En fait à l’âge d’un an, j’ai fait un syndrome hémolytique et urémique. Et j’ai perdu l’usage de l’un de mes deux reins." 

Médisite : Combien de temps avez-vous attendu ma greffe ?

Laurent Desormeaux : "Là aussi j’ai été chanceux, puisque je n'ai été que 6 mois en dialyse péritonéale, que j’étais d’un groupe sanguin relativement courant. J’ai été greffé à l’issue de mon délai d’inscription sur liste d’attente, qui était de 6 mois à l’époque."

Médisite : Est-ce une greffe définitive ? 

Laurent Desormeaux : "Malheureusement non. Même si ça fait 25 ans que ça dure maintenant. La durée de vie d’un greffon, elle est liée à sa qualité, à son origine, donneur vivant ou décédé, au degré de compatibilité entre le receveur et le donneur. À l’état de santé du receveur, mais aussi à l’observance : le fait de prendre régulièrement ses médicaments. C’est donc un capital qu’on se doit d’entretenir."

Médisite : Quelles conséquences sur la santé au quotidien ?

Laurent Desormeaux : "Les conséquences sur la santé au quotidien sont celles inhérentes à la prise régulière de médicaments, avec des effets secondaires plus ou moins marqués. Personnellement, ça se traduit par une sensibilité accrue aux verrues et aux carcinomes, mais également à l’implantation d’une prothèse de hanche. Mais il faut relativiser. Je suis toujours là, et je cours encore le 10 km en moins de 45 minutes." 

Médisite : Quelle est votre implication dans l'association Trans-Forme ? 

Laurent Desormeaux : "À l’issue de la greffe, ça a été une évidence pour moi d’adhérer à une association militant en faveur du don d’organes. Étant actif, relativement sportif, c’était facile pour moi de montrer la réussite de la greffe. Mais c’est aussi et surtout, sensibiliser aux besoins d’organes et de tissus, et entretenir l’espoir des personnes, les 26 000 personnes qui sont annuellement en attente de greffe, et dont seulement un quart a la chance de pouvoir en bénéficier." 

Médisite : Les jeux nationaux des transplantés c’est quoi ? 

Laurent Desormeaux : "C’est depuis 27 ans, une ville engagée en faveur du don d’organes, cette année Dole dans le Jura, qui accueille les sportifs transplantés et dialysés qui vont se mesurer sur une vingtaine d’épreuves sportives. C’est également en marge des évènements, qui sont là pour rendre hommage aussi aux donneurs. Mais c’est aussi cette année, la présence de la Wesh Team, une délégation de sept enfants, suivis à l’hôpital de la Timone à Marseille, qui sont greffés de foies, de reins, de cœurs, de poumons, qui vont être présents." 

Médisite : Vous serez présent ?

Laurent Desormeaux : "Je serai présent, je participerai en badminton, en course a pied, en ping-pong, et c'est déjà pas mal. Pratiquer une activité physique régulière, adaptée à son état de santé, contribue à la qualité de vie. Les personnes greffées le démontrent au quotidien. Venez les encourager aux jeux nationaux à Dole fin mai ou encore supportez-les, à l’occasion des jeux mondiaux, à Newcastle, au mois d’août. Mais profitez de ces occasions pour en discuter, avec vos proches et parler du don d’organes. Qu'on soit pour, ou qu'on soit contre, on peut tous être tous acteurs du don d'organes."

Publicité

Partager cette vidéo :

Publié le: 24/05/2019
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X
Publicité
Contenus sponsorisés