Publicité
Publicité

Les bonnes questions à se poser

Des questions simples peuvent orienter vers la cause initiale probable du trouble.

Parmi celles-ci : - Depuis combien de temps ? Si l’asthénie est récente (moins de 2 semaines), il s’agit probablement d’une asthénie organique. Au-delà de 1 à 3 mois, on peut plutôt penser à une asthénie réactionnelle. Et après 3 mois à une origine nerveuse. - Le sujet souffre-t-il d’une maladie connue ? S’agit-il d’une femme enceinte, ménopausée... ? - Un régime amaigrissant est-il en cours, ou récemment mené ? - Un traitement médicamenteux est-il suivi ? - Existe-t-il un stress provoqué par les conditions de travail ou les conditions de la vie quotidienne ? - D’autres signes sont-ils présents ?

Publicité

Une multiplicité de remèdes

Les médicaments utilisables sont nombreux. En pratique, ce sont principalement les asthénies réactionnelles que l’on peut essayer de traiter en première intention et pendant un temps limité sans avoir recours au médecin.

Publicité

Changement de saison, période des examens pour les élèves et étudiants, suites d’affections hivernales, autant de situations bien classiques qui s’accompagnent volontiers d’une baisse de forme.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité