Vidéo associée: 

Adénome de la prostate : quels traitements ?

L’hypertrophie (HBP), hyperplasie ou adénome de la prostate touche les hommes dès… 40 ans. Et 60% dès 60 ans ! Le point sur les traitements, leurs indications et leurs risques.

La phytothérapie : LA solution de première intention Deux extraits de plantes sont utilisées en France : Pygeum africanum et Serenoa Repens. Elles sont indiquées contre les troubles de la miction modérés. Atout : une tolérance excellente.

Publicité

Les alphabloquants Ils réduisent en quelques heures l’obstruction prostatique et les troubles mictionnels. Ils améliorent le débit urinaires. Mais gare aux effets secondaires : fatigue, troubles éjaculatoires…

Les inhibiteurs de la 5 alpha-réductase (I5AR) L’enzyme 5 alpha-réductase agit sur la testostérone responsable de l’hypertrophie prostatique. Après plusieurs années ils améliorent symptômes et débit urinaire et limitent la rétention aiguë d’urine.

Les anticholinergiques Ils diminuent les contractions musculaires et les soucis d’hyperactivité vésicale. Mais attention… Ils ont des effets secondaires : sécheresse buccale, constipation, dysurie, fatigue…

Les traitements combinés Combiner Alphabloquants et anticholinergiques est intéressant s’ils ne sont plus efficaces seuls. Mais le rapport bénéfices/risques pour le patient doit alors être impérativement évalué…

Sources : Association Française d’urologie.

Partager cette vidéo :

Publié le 06/11/2017
1223 vues
Publicité

Ailleurs sur Medisite

Publicité

Contenus sponsorisés