Publicité
Publicité

Un traumatisme violent du crâne peut entraîner une destruction immédiate et définitive d’une partie du cerveau. Les conséquences sont variables en fonction de la localisation et l’étendue de la destruction.

Mais la situation peut encore évoluer. Des complications peuvent survenir jusqu’à plusieurs heures après le traumatisme. Elles sont liées à :

Publicité
L’œdème

Secondaire à la contusion du cerveau, il fait gonfler ce dernier et entraîne parfois des lésions graves et définitives. Son apparition peut être parfois différée de plusieurs heures.

Oedème

L’hémorragie

Le traumatisme cérébral peut déchirer un ou plusieurs vaisseaux.
- Si le saignement est dû à une blessure de l’artère, il sera abondant et rapide (haute pression). Les conséquences sont immédiates (maux de tête très violents, crise convulsive, paralysie, coma).
- Si le saignement est veineux, le saignement est plus lent (basse pression). Les conséquences sont plus tardives (crise convulsive, paralysie, coma).

A la surface ou dans les structures cérébrales, le sang prend la place du cerveau. Si le saignement est important, il comprime les structures cérébrales, entraînant une hypertension dans la boite crânienne. Les lésions peuvent être d’emblée définitives.

Hémorragie

La crise convulsive

Si le traumatisme crânien altère une zone du cortex (superficie du cerveau), celui-ci envoie des influx électriques démesurés et indépendants de tout contrôle, lesquels se répandent en tache d’huile sur toute la surface du cortex. Une perte de conscience suivie par des mouvements anormaux et inconscients surviennent de façon anarchique dans tous les membres du corps. C’est la crise convulsive généralisée. Une crise convulsive consécutive à un traumatisme crânien signe sa gravité.

En pratique

Un traumatisme crânien est potentiellement grave lorsqu’il se complique d’un coma, même très bref (perte de conscience immédiate). Tous les traumatismes crâniens qui entraînent une perte de conscience initiale ne sont pas toujours graves. Cependant, et dans tous les cas, une surveillance de 24 à 48 heures en milieu hospitalier est formellement indiquée. Si la situation s’aggrave secondairement, la victime doit pouvoir bénéficier d’un traitement hospitalier immédiat.

- Traumatisme du crâne +
- perte de conscience même brève =

  • la situation est grave...
  • Alerter le 15

Le traumatisme crânien est toujours associé à une lésion plus ou moins grave du rachis cervical par mécanisme d’hyper-flexion ou d’hyper-extension.
Attention de ne pas provoquer l’aggravation secondaire d’une lésion instable du rachis cervical (fracture, luxation). Éviter toute manipulation (retrait du casque de moto par exemple), qui peut entraîner une paralysie générale et définitive du corps (tétraplégie).

Attention aux manipulations maladroites !

Un traumatisme du crâne est aussi un traumatisme de la colonne cervicale

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité