Publicité
Publicité

Les fractures du poignet ont une fréquence très élevée. Elles posent un important problème de santé publique. En effet elles représentent 16% des fractures présentes aux urgences, avec 2 pics d’âge : l’enfant et la personne âgée. On sépare la fracture du sujet âgé, liée à une simple glissade sur un os fragilisé par l’ostéoporose, de la fracture tassement de l’enfant. Quant à la fracture du sportif jeune, en ski, rollers ou moto, elle a encore d’autres caractères.

Dans certains pays le coût très élevé de ces fractures a conduit un type de prise en charge rudimentaire, le moins cher possible, le moins chirurgical possible.

Publicité
La prise en charge de ce type de pathologie a pour but de réduire, c’est à dire de remettre en place au mieux les fragments osseux, de les fixer, afin de permettre une reprise des activités la plus précoce possible.

Différents types de fracture

On distingue les fractures articulaires, touchant l’articulation, plus graves que les non articulaires. Selon l’âge et le type d’accident, diverses variétés de fractures s’observent.

Les fractures de l’enfant

Les fractures de l’enfant sont souvent des tassements osseux sans fracture vraie, grâce à la présence à cet âge d’un tissus autour de l’os appelé périoste, responsable de la future consolidation, et maintenant un manchon rigide autour de l’os, protecteur. L’aspect après fracture ressemble alors à une motte de beurre que l’on aurait laissé tombé par terre d’où le nom de fracture en motte de beurre.

On distingue également chez les enfants les fractures en bois vert. Il s’agit d’une fracture incomplète identique à une branche d’arbuste verte non cassante de type genêt, que l’on essayerais de rompre. Une partie résiste toujours, elle correspond au fameux périoste.

Enfin, la pathologie de l’enfant est souvent constituée de décollements cartilagineux, situés non pas au niveau du cartilage articulaire, lieu de la mobilité du poignet, mais au niveau du cartilage de croissance. Cette pathologie n’existe plus chez l’adulte car ces cartilages de croissance sont fusionnés.

Le traitement de ces diverses pathologies de l’enfant est le plus souvent le plâtre ou la résine. La chirurgie est indiquée en cas de déplacement important des fragments osseux. Les séquelles sont peu fréquentes, et la rééducation rarement nécessaire.

Les fractures de l’adulte

Chez l’adulte jeune le problème est différent. On peut observer des fractures relativement simples, qu’il convient de traiter chirurgicalement par des broches.
Dans d’autres cas les dégâts imposent une cicatrice beaucoup importante pour mettre en place une plaque avec des vis.
Enfin dans les cas les plus graves, on peut être amené à mettre un fixateur externe, c’est à dire des broches sortant de l’os réunies par des barres.

Quelles sont les complications de ces fractures ?

Les plus fréquentes sont douleur et raideur. Elles dépendent du type de fracture et de la qualité du traitement.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité