Mythomane ou menteur pathologique : existe-t-il une différence ?

Mythomane ou menteur pathologique : existe-t-il une différence ?©iStock

Par définition, un mythomane souffre de mensonge pathologique. En d’autres termes, le mythomane ment de manière compulsive et généralement sans même en avoir conscience…

Publicité
Publicité

Mythomane et menteur pathologique : la définition

Le mythomane, aussi appelé menteur pathologique, souffre de mythomanie. On parle aussi de "pseudologia fantastica". Contrairement au menteur "ordinaire", mentant consciemment dans un but bien précis (ex. : fausse excuse pour éviter une corvée), le mythomane ne fait pas clairement la distinction entre ses fabulations et la vérité. Il s’invente généralement une vie heureuse et aisée, souvent agrémentée de divers exploits héroïques. Par exemple, il peut prétendre être un grand médecin, avoir passé plusieurs années dans un organisme humanitaire, etc. Ses mensonges n’ont pas d’objectif précis, hormis celui de susciter l’admiration de son auditoire et surtout de lui permettre de fuir la réalité : le menteur pathologique souffre généralement d’un grand manque de confiance en lui…

Publicité

Le mythomane : victime d’un trouble psychiatrique ?

La question suscite encore le débat dans la communauté scientifique mais il semblerait que la mythomanie ne soit pas une maladie psychiatrique à part entière. Par ailleurs, elle n’est pas répertoriée dans le DSM-5 (manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux)… Cette tendance à mentir pathologiquement serait plutôt un symptôme, observable dans divers troubles et pathologies comme la schizophrénie par exemple, ou encore les troubles de la personnalité narcissique… Il n’en reste pas moins vrai que le mythomane souffre d’un trouble psychiatrique pouvant nécessiter un traitement (ex. : thérapie, médicaments).

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité