Bipolaire ou effectuer un test pour se faire dépister ?

Publicité

Egalement appelés psychose maniacodépressive, les troubles bipolaires se caractérisent par l'alternance de phases maniaque et dépressive. Ces troubles de l'humeur peuvent revêtir des formes et des origines variables selon les individus. C'est le cas notamment du trouble bipolaire de type 3 qu'il n'est pas toujours évident de déceler. Le point dans cet article.

Publicité

Le trouble bipolaire de type 3, qu’est-ce que c’est ?

Parmi les différentes classifications internationales utilisées pour catégoriser les différents troubles de l'humeur, la plus fréquemment utilisée fait état de trois types de troubles bipolaires : le type 1, le type 2 et le type 3. Ce dernier groupe rassemble à la fois les troubles unipolaires qui se caractérisent par des épisodes récurrents de dépression, associés à des antécédents familiaux de manie ainsi que les formes de bipolarité dont les états hypomaniaques et/ou maniaques ont été causés par des médicaments antidépresseurs. Dans ce cas, on parle de trouble pharmacologiquement induit.

Publicité
Comment reconnaître le trouble bipolaire de type 3 ?

En phase dépressive, le patient atteint d'un trouble bipolaire de type 3 présente un certain nombre de signes cliniques caractéristiques : humeur dépressive, fatigue, perte ou prise de poids, ralentissement psychomoteur, difficultés de concentration, troubles du sommeil, idées suicidaires, anxiété… La phase maniaque, elle, se traduit par une augmentation de l'estime de soi, une hyperactivité sociale et/ou professionnelle, des idées de grandeur, un besoin en sommeil diminué, une recherche augmentée du plaisir, une incapacité à fixer son attention…  

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité