Hémorragie digestive : la définition

Les hémorragies digestives peuvent avoir des origines diverses. Si certaines s’accompagnent de symptômes annexes tels que des ballonnements douloureux par exemple, ce n’est pas toujours le cas. Alors comment se traduit une hémorragie digestive ? Quelles en sont les causes principales ?

Publicité
Publicité

© Istock

Hémorragie digestive : définition

Publicité

On parle d’hémorragie digestive lorsque la paroi du tube digestif est lésée et que du sang s’en échappe. On peut savoir qu’il y a une hémorragie digestive s’il y a des vomissements de sang (hématémèse) ou lorsque les selles sont teintées de rouge (rectorragie) ou de noir (méléna), le sang provenant du duodénum ou de l’intestin grêle et qui n’a pas été vomi ayant été digéré. Il est donc important, en cas d’hémorragie digestive, de connaître la couleur des selles. Il faudra aussi déterminer l’importance de l’hémorragie en fonction de la quantité de sang, de la fréquence des symptômes et de leur ancienneté.

Principales causes des hémorragies digestives

Les causes principales des hémorragies digestives hautes sont les ulcères gastroduodénaux et les varices œsophagiennes. Ces dernières sont souvent dues à une hypertension portale (hypertension de la veine porte qui arrive au foie) qui se rencontre en cas de cirrhose ou de lésion de l’estomac, souvent en raison de médicaments agressifs (anti-inflammatoires ou aspirine). Les hémorragies digestives basses, elles, sont essentiellement dues à des hémorroïdes ou à des cancers du côlon et/ou du rectum. Mais la présence de diverticules, d’adénomes ou de colites peut aussi expliquer certaines hémorragies digestives.

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité