Syndrome de Raynaud : le diagnostic par écho-Doppler

Syndrome de Raynaud : le diagnostic par écho-Doppler©iStock

Le syndrome de Raynaud est une pathologie qui touche 4 % de la population générale et jusqu’à 10 % des femmes. Cette maladie se caractérise par des troubles temporaires de la vascularisation des extrémités (surtout des doigts) pouvant aller jusqu’à un bleuissement et une sensation d’engourdissement. Mais quelles en sont les causes, et comment diagnostiquer le syndrome de Raynaud ?

Publicité
Publicité

Maladie de Raynaud : causes

La maladie de Raynaud est un trouble de la circulation sanguine au niveau des extrémités, surtout les doigts (rarement les pouces), parfois les orteils (voire le nez ou les oreilles). Il s’agit d’un phénomène qui est réversible et qui peut être favorisé par une variation de température (chute brutale de la température extérieure), des émotions fortes, du stress (contrariétés…) ou encore un traumatisme. Toutefois, dans 80 % des cas, on ignore l’origine de ce syndrome.

Publicité

Symptômes du syndrome de Raynaud

Les symptômes de la maladie de Raynaud font habituellement leur apparition en hiver. Trois phases se succèdent : une première dans laquelle les phalanges des doigts ont blanchi, et qui s’accompagne d’un engourdissement (cette phase dure quelques minutes) ; une deuxième phase avec un bleuissement des doigts et une perte de sensibilité avec des fourmillements ; une troisième dans laquelle on observe une rougeur et un réchauffement progressif des doigts entraînant des douleurs avec une sensation d’intense brûlure.

Diagnostic du syndrome de Raynaud

Le diagnostic du syndrome de Raynaud repose d’une part sur l’examen clinique et sur la description que le patient fait de ses symptômes, d’autre part sur des examens médicaux. Le plus indiqué est l’écho-Doppler artériel des membres supérieurs qui permet notamment de distinguer le syndrome de Raynaud d’une pathologie plus grave telle qu’une occlusion artérielle, un anévrisme, etc. À noter que la maladie de Raynaud peut elle-même constituer un symptôme d’une autre maladie auto-immune inflammatoire telle qu’une polyarthrite rhumatoïde, un syndrome de Gougerot-Sjögren, un lupus érythémateux, etc. Si c’est le cas, une capillaroscopie donnera des résultats anormaux (ce qui n’est pas le cas lorsque la maladie de Raynaud est isolée).

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité