Maladie de Raynaud : la phase ischémique

Maladie de Raynaud : la phase ischémique©iStock

Méconnue, la maladie de Raynaud se caractérise par une interruption ponctuelle de la circulation artériolaire au niveau des extrémités corporelles. Ce trouble vasomoteur se manifeste en trois phases distinctes. La phase ischémique est la première d’entre elles.

Publicité
Publicité

La maladie de Raynaud, quèsaco ?

Ce trouble de la circulation sanguine affecte tout particulièrement les artérioles, c’est-à-dire les structures artérielles de petit calibre qui irriguent les extrémités du corps humain que sont les mains, le nez, les orteils, les oreilles… La phase dite ischémique ou syncopale de la maladie de Raynaud se traduit par un blanchiment et un refroidissement majeurs de la zone concernée. Il s’agit, bien souvent, d’un ou de plusieurs doigts. Résultant d’une constriction anormale des vaisseaux périphériques, ce type de réaction est susceptible de survenir en cas d’exposition à des températures basses ou face à un choc émotionnel important.

Publicité

La maladie de Raynaud, quels traitements ?

Généralement, la maladie de Raynaud, dans sa forme modérée, fait l’objet non pas d’un traitement médical, mais plutôt de mesures préventives visant essentiellement à limiter le déclenchement d’une vasoconstriction excessive. Cela passe, notamment, par le port de vêtements adaptés aux températures extérieures. En revanche, les atteintes circulatoires plus importantes peuvent requérir l’administration de substances vasodilatatrices spécifiques pour enrayer le processus et éviter les complications. Lorsque le phénomène est unilatéral, des examens complémentaires sont généralement préconisés afin de détecter une éventuelle anomalie artériolaire ou une origine traumatique.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité