Pourquoi l'arrêt du tabac entraîne une grosse fatigue ?

Pourquoi l'arrêt du tabac entraîne une grosse fatigue ?iStock

« Demain, j’arrête ». « J’en grille une dernière et je jette mon paquet ». Chaque année, le tabagisme est responsable de 6 millions de décès dans le monde entier. Vouloir arrêter est la première étape du sevrage tabagique. Pendant les premières semaines, l’arrêt du tabac entraîne une fatigue extrême. Le principal responsable de cette association fatigue-arrêt du tabac ? La nicotine.

Publicité
Publicité

La nicotine, un stimulant auquel l’organisme s’habitue

Les cigarettes contiennent de la nicotine. Comme la caféine, elle possède une propriété stimulante. Lorsque vous arrêtez de fumer, votre organisme ne reçoit plus ce stimulant. C’est à cause de ce manque qu’une grande fatigue s’installe. En outre, le processus de désintoxication est lui-même fatigant. Cette sensation d’épuisement s’atténue au fil des semaines et finit par disparaître totalement.

Publicité

Autres symptômes du sevrage tabagique

La fatigue n’est pas le seul effet de l’arrêt du tabac. De nombreux patients se plaignent d’une toux, signe d’une reprise d’activité des bronches. Pendant les premiers mois, l’ancien fumeur souffre de pulsions difficiles à contrôler. Lorsqu’il est en manque, il s’énerve facilement, s’agite et peut devenir agressif. Ces troubles de l’humeur conduisent parfois à la dépression. La nicotine agissant comme un coupe-faim, il est fréquent de prendre du poids après avoir arrêté de fumer.

Que faire si je ne peux pas arrêter de fumer tout seul ?

Les substituts nicotiniques aident à arrêter de fumer progressivement tout en réduisant le risque d’effets indésirables. Ils existent sous forme de pastilles, de patchs et de sprays. D’autres substances sont quelquefois indiquées, notamment la varénicline et le bupropion. Les thérapies cognitivo-comportementales s’avèrent très efficaces chez certains patients.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité