Dépendance : les symptômes du sevrage de l'alcool

Réussir un sevrage d’alcool est un véritable challenge. En raison des effets secondaires, il est nécessaire de se faire accompagner tant au niveau médical que psychologique. Quels sont les étapes et les symptômes du sevrage d’alcool ?

Publicité
Publicité

© Adobe Stock

Les étapes du sevrage d’alcool

Publicité

Dans le sevrage d’alcool, on en distingue cinq étapes, à l’image d’un deuil. Tout d’abord le déni, phase au cours de laquelle la personne alcoolique justifie son problème d’alcool par des facteurs extérieurs, se déresponsabilise. Puis vient le soulagement d’avoir échappé à un problème de santé grave, voire à la mort par alcoolémie, soulagement qui peut conduire à des rechutes pour tester sa capacité à contrôler sa consommation d’alcool. Suit le vide ressenti, accompagné souvent d’une angoisse existentielle. Ce vide et cette angoisse peuvent conduire à la dépression, d’où l’importance des groupes de parole pour mieux surmonter ce cap. Enfin vient la reconstruction, phase au cours de laquelle la personne a intégré et reconnu être malade, cerne le manque et se libère peu à peu de l’alcool.

Les symptômes du sevrage

Les étapes du sevrage d’alcool s’accompagnent de divers symptômes, plus ou moins importants selon les personnes, symptômes qui nécessitent un suivi médical et psychologique. On note, dès les premières 24 heures du sevrage, le phénomène de la gueule de bois : tremblements, sueurs, possibles vertiges, nausées, tachycardie, fatigue, maux de tête. Cela s’accompagne de troubles du caractère (irritabilité) et de troubles du sommeil, de phénomènes anxieux, voire dépressifs, et d’un état de manque lancinant. Dans les cas les plus graves, le sevrage peut aller jusqu’à provoquer des crises d’épilepsie ou de delirium tremens.

Publicité

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité