Arrêter de fumer : le défi « mois sans tabac »

Un mois sans tabac est une période d’abstinence qui multiplie les chances de réussir son sevrage tabagique. Pour adopter la meilleure stratégie, on commence par un test de dépendance au tabac.

Publicité
Publicité

5249893-inline-500x334.jpg© Istock

S’unir pour réussir contre le tabagisme

Publicité

Parce que le tabac est un fléau pour la santé, le défi collectif 1 mois sans tabac débute le 1er novembre 2017. C’est une incitation à arrêter ensemble à s’intoxiquer avec la cigarette. Il est reconnu qu’arrêter de fumer en groupe aide à surmonter les difficultés liées à l’arrêt du tabac. S’encourager en famille, entre amis, entre voisins ou collègues et même entre internautes est très important pour ne pas risquer de rechuter. Des sites d’aide en ligne peuvent être consultés. Cette période d’un mois sans tabac n’est pas choisie à la légère. Si aucune cigarette n’est allumée durant ce laps de temps, les chances de réussir sont nettement multipliées. Un mois sans tabac commence par un test de dépendance au tabac de type test de Fagerström. Il est indispensable pour :

- mesurer le degré de dépendance au tabac,

- mesurer la dépendance psychique d’un fumeur,

- mettre en place une stratégie thérapeutique personnalisée.

Un mois sans tabac : quels bénéfices ?

En seulement trente jours sans aucune cigarette, certains bienfaits sont déjà clairement perçus par l’ex-fumeur. On peut donc dire que nombre de bénéfices à l’arrêt du tabac sont immédiats. Ils encouragent à arrêter de fumer définitivement. Après un mois sans fumer, l’haleine s’améliore. Le teint s’éclaircit, les pores se resserrent. Les phanères sont plus forts : les ongles sont moins cassants, la chevelure est plus brillante, la chute des cheveux ralentit. Dans bien des cas, la repousse du cheveu est réamorcée. Les personnes recouvrent le goût et l’odorat. La circulation sanguine s’améliore, les risques de maladies cardiaques sont en baisse. Les personnes respirent mieux, sont moins stressées et leur sommeil s’améliore. Elles ont le goût à s’investir dans des activités variées. L’organisme commence à se débarrasser d’une partie des toxines accumulées. Et sur le plan financier, la différence est nette.

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité