Dialyse et grossesse : comment ça se passe ?

Dialyse et grossesse : comment ça se passe ?

La dialyse est un processus qui consiste à filtrer le sang de patients qui souffrent d'insuffisance rénale chronique (IRC). En effet, leur fonction rénale est fortement diminuée. L'élimination des déchets produits par l'organisme et circulant dans le sang est donc impossible. Le malade souffrant d'IRC est relié à une machine, par voie veineuse, lors d'une séance de dialyse, pour pallier la déficience des reins. La filtration du sang est assurée en trois ou quatre heures. 3 séances hebdomadaires de dialyse sont, en général, nécessaires. Que se passe-t-il lorsqu'une femme dialysée souhaite avoir un enfant ? Comment associer dialyse et grossesse ?

Publicité
Publicité

Des grossesses possibles, malgré la dialyse

Les grossesses chez les femmes dialysées nécessitent une surveillance accrue, ainsi qu'un suivi néphrologique et gynécologique régulier. Les risques sont, en effet, majeurs pour la mère et le bébé. Cependant, la majorité des grossesses de femmes dialysées sont menées jusqu'à leur terme actuellement. Ce n'était pas le cas, auparavant (20 % des grossesses menées à terme, dans les années 80). Chez une insuffisante rénale, la grossesse majore la pathologie. Les patientes présentent un risque accru de subir un accouchement prématuré ou de faire une prééclampsie (hypertension artérielle associée à une protéinurie élevée).

Publicité

Des dialyses plus fréquentes pendant la grossesse

Publicité
Pendant la grossesse, le nombre de séances de dialyse est augmenté. Il passe de 4 à 6 séances par semaine. Un contrôle régulier de la tension artérielle, des apports hydriques, du régime alimentaire et du poids sec de la maman est assuré. Le poids sec est le poids que doit atteindre le patient après la séance de dialyse. Il est déterminé par le néphrologue. Ce poids idéal assure un équilibre hydro-électrique correct chez le patient. Le volume en eau et en sodium est équilibré dans l'organisme, lorsque le poids sec est atteint. Si le poids sec n'est pas atteint, des déséquilibres au niveau de la tension artérielle se produisent. En effet, il est primordial de limiter les risques d'hypertension artérielle, en cours de dialyse, pour la maman. L'hypertension est un facteur de risque de prématurité. Enfin, des bilans sanguins réguliers permettent de contrôler le taux d'hémoglobine (diminué en cas d'anémie), la fonction rénale résiduelle, ainsi que d'autres paramètres biologiques équilibrés par la dialyse. Le suivi gynécologique – échographies, bilans sanguins, consultations – est assuré parallèlement à la dialyse.
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité