Publicité
Publicité

Les bébés peuvent également très vite, et souvent au cours du délai de rétractation, souffrir d’un manque de parole. Leur expression est principalement physique, le corps devenant le lieu du langage. Ils peuvent perdre du poids de façon inquiétante, refuser de manger, de dormir, ou dormir sans cesse, ou encore être très agités, ils peuvent présenter des symptômes respiratoires, digestifs ou cutanés que l’on peut interpréter comme un souhait de communiquer, une quête de sens. Si on leur fournit les paroles qui leur racontent leur histoire, celle de leur père, leur mère, leur famille et celle de l’abandon, si on leur dit ce qui leur arrive et ce qui va leur arriver, souvent le soulagement est très rapide. Hélas il est rare que tous ces éléments soient dits aux bébés abandonnés.

La pratique du secret a été utilisée de façon répétitive au cours des siècles avec les enfants adoptés, inspirant à maintes reprises la littérature. On demandait aux adoptés, soit disant dans leur intérêt, de penser qu’ils étaient l’enfant biologique de leurs parents adoptifs. Comme toujours quelqu’un sait. Ils finissaient tôt ou tard par découvrir le pot aux roses. C’est alors que l‘émotion liée à la révélation étaient à tort interprétée comme la colère d’avoir été le dindon de la farce, le tout lié à la culpabilité de l’avoir été pour son propre bien car on était censé ne pas souffrir de ce qu’on ne savait pas. En fait l’affect était là depuis toujours, sous forme d’une souffrance, pouvant prendre diverses formes, et générée par la complexité de toujours avoir eu à vivre dans une histoire qui n’était pas la sienne et souvent également dans les pantoufles d’un autre, celles de l’enfant biologique, mort ou inconcevable de la famille adoptive, qu’il se devait de remplacer. Dans ce sens le travail de Françoise Dolto a bouleversé le sors des adoptés. On conseille maintenant aux postulants à l’adoption, au cours de la procédure d’agrément, de dire d’emblée à l’enfant qu’il est adopté et si possible pourquoi. Non seulement on lui dira le sens de l’adoption pour la famille adoptive, une stérilité par exemple, mais aussi, en fonction des éléments laissés par les parents biologiques, les raisons de l’abandon.

Publicité
C’est entre les lignes de leur histoire et de la nomination que s’ouvre pour eux l’accès au symbolique. L’histoire qui les précède et les traverse avec ses aléas tisse la trame d’une structure au sein de laquelle peut s’envisager le processus d’un désir d’adoption qui, on le rappelle, n’est pas seulement passif. Il ne leur suffit pas d’être adoptables, puis adoptés, encore faut-il qu’eux même se retrouvent en possession d’une liberté suffisante pour s’autoriser à désirer adopter une famille. Pour changer de filiation, encore faut-il savoir à quoi on renonce afin d’en pouvoir faire le deuil. Aucun être humain ne peut se recommander de sa seule puissance.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité