Publicité
Publicité

La rage est une maladie grave, toujours mortelle lorsque les symptômes apparaissent et dont le risque épidémiologique ne doit jamais être sous-estimé.

La rage est une maladie animale qui se transmet accidentellement à l’homme par la salive des animaux enragés, le plus souvent par morsure et à un moindre degré par griffure ou léchage d’une plaie ou d’une muqueuse.
Jusqu’à la fin du XIXème siècle aucun traitement n’existait. En 1885, pour la première fois dans l’histoire, Pasteur sauva un jeune garçon mordu par un chien enragé en le vaccinant. Depuis cette date, les vaccins ont été améliorés mais à l’heure actuelle la vaccination après exposition reste encore le seul moyen de prévenir la maladie chez les personnes qui ont été exposés au risque.

Ce traitement n’est hélas pas toujours réalisable sur place dans les pays où la couverture sanitaire est insuffisante d’où l’intérêt de la vaccination préventive (en pré-exposition) appliquée avant le départ.
La vaccination rabique en pré-exposition (préventive) s’adresse à :
- toute personne qui sera en contact avec des animaux de manière obligatoire (vétérinaires, biologistes animaux, écologistes, agronomes...),
- tout voyageur, se trouvera éloigné de plus de 48 heures d’un centre apte à le traiter efficacement et sans risque iatrogène une fois contaminé.

Son objectif est d’apporter une "immunité de base" qui permet de simplifier le traitement après exposition.
La vaccination en pré-exposition ne dispense pas de la vaccination antirabique en post-exposition en cas de contamination suspecte ou avérée -> voir conduite à tenir en cas de morsure, griffure ou léchage sur une muqueuse ou une peau lésée.

La vaccination antirabique actuellement disponible est aussi bien tolérée que les autres et n’a plus du tout le caractère héroïque de celle qui fut à l’origine inventée par Louis Pasteur. Avis aux routards, trekkers, aventuriers, fanatiques de la nature, coopérants... et aussi leurs enfants.

Schéma : vaccin rabique préventif : 3 injections J0, J7, J28 et un rappel à 1 an. En cas de morsure, un simple rappel du même vaccin suffit.

On évitera ainsi de recevoir sur place des sérums et vaccins curatifs de fabrication locale qui sont volontiers considérés comme plus dangereux que le risque de rage lui-même.

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité