Publicité
Publicité

Pourquoi se faire vacciner ?

La diphtérie est une infection due à une bactérie appelée Corynebacterium diphtheriae. La maladie a quasiment disparu en France grâce à la généralisation de la vaccination dans l’enfance (1) mais continue de se propager dans le monde comme en témoignent les récentes épidémies survenues en Europe de l’Est (2)(3), en Afrique, ou en Amérique du Sud (3).

La diphtérie se caractérise par une angine à fausses membranes. C’est une maladie mortelle 1 fois sur 10 (4) soit parce que les fausses membranes s’étendent et gênent la respiration , mais surtout parce que certaines bactéries produisent un poison (toxine) hautement pathogène pour l’homme (1 mg tue 14000 cobayes, quelque nanogrammes sont mortels chez l’homme) pouvant endommager le système nerveux et le muscle cardiaque (5)(6) avec pour conséquences :
- des paralysies avec risque d’arrêt respiratoire par paralysie du diaphragme, des muscles respiratoires ou atteinte des centres nerveux commandant la respiration
- des complications cardiaques (myocardite) avec risque d’arrêt cardiaque.

La diphtérie cutanée est une forme particulière de la maladie qui se rencontre lorsque les conditions d’hygiène sont précaires et survient par surinfection de plaies préexistantes. Cette forme localisée se traduit par le développement de fausses membranes sur la plaie (5). Elle est assez fréquente dans les pays tropicaux (4).

La diphtérie se transmet essentiellement par l’intermédiaire de gouttelettes de salive ou de sécrétions nasales, parfois par le contact direct avec des lésions de diphtérie cutanée, rarement de manière indirecte par l’intermédiaire d’objets souillés.

Sont menacées les personnes qui n’ont pas été vaccinées, surtout si elles voyagent dans des pays où la diphtérie sévit c’est à dire dans la plupart des pays en développement et dans ceux qui n’assurent pas une couverture vaccinale correcte de leur population particulièrement lorsque règnent promiscuité, insalubrité, pauvreté, malnutrition.

L’histoire récente a démontré qu’il était important de maintenir des niveaux élevés de protection afin d’éviter la réémergence de la maladie. En effet, pas question de baisser sa garde, comme le montre une épidémie explosive en Europe de l’Est dans la communauté des états indépendants en 1990 survenue à la suite d’une désorganisation du système sanitaire et d’une baisse de la couverture vaccinale. Cette épidémie est d’une telle intensité qu’elle a fait de l’Europe la région du monde la plus touchée par la diphtérie (2)(3).

Une étude réalisée en France en 1995 montre que 20 à 60% des français, selon les âges, ne sont pas protégés contre la diphtérie (particulièrement les femmes de plus de 25 ans) (7).

Qui doit se faire vacciner ?

Chez les adultes :
- tous les sujets âgés de plus de 18 ans dont la dernière dose de vaccin contre la diphtérie - (tétanos-poliomyélite) a été administrée il y a plus de dix ans,
- les adultes vaccinés depuis plus de 5 ans et se rendant en zone d’endémie de la diphtérie, notamment dans les pays de l’ ex-URSS (8).
- tous ceux qui n’ont jamais été vaccinés ou qui n’ont jamais reçu de vaccination complète.

Les enfants :
- afin de respecter toutes les vaccinations prévues dans le calendrier vaccinal français.

Qui ne doit pas se faire vacciner ?

Il n’existe aucune contre-indication médicale spécifique à la vaccination diphtérique, mis à part, les contre-indications habituelles de toute vaccination :
- Hypersensibilité à l’un des composants du vaccin ou réaction d’hypersensibilité survenue lors d’une injection précédente de vaccin.
- En cas de fièvre, maladie aiguë, maladie chronique évolutive, il est préférable de différer la vaccination.
En revanche, une infection mineure sans fièvre ni signes généraux ne doit pas entraîner de retard à la vaccination.
Quand il faut contrôler une épidémie, le vaccin contre la diphtérie peut être administré à des sujets ayant une infection aiguë fébrile
- Bien, qu’aucun effet tératogène n’ai été mis en évidence, ce vaccin n’est pas recommandé chez la femme enceinte, principalement en raison de son caractère réactogène.

Comment se faire vacciner ? (pour les adultes)

Chez l’adulte, les vaccinations doivent être effectuées avec une anatoxine diphtérique à concentration réduite (d) afin de limiter la survenue de réactions locales. Une seule forme est commercialisée en France, elle est associée avec l’anatoxine tétanique [DIFTAVAX®].

Pour les voyageurs se rendant en ex-URSS, le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique recommande les modalités de rappel suivantes pour les adultes (8) :
- votre vaccination ou votre dernier rappel date de moins de 5 ans : votre immunité est suffisante.
- 5 ans 20 ans : On recommence tout : 3 injections à 1 mois d’intervalle de [DIFTAVAX®] et 1 injection de rappel 1 an apr&egraves.

A partir de quand suis-je protégé ? (pour les adultes)

Après la dernière dose si deux injections, ou plus, sont nécessaires
immédiatement en cas de rappel.

- 1. Réseau National de Santé Publique. La diphtérie en France en 1995 dans : Epidémiologie des maladies à déclaration obligatoire. Situation en 1995 et tendances récentes.
- 2. OMS. Les vaccins du programme élargi de vaccination, la diphtérie. dans : Vaccins et vaccination : la situation mondiale, Genève 1996 : 64-9.
- 3. Groupe d’Etude sur les infections à Corynebacterium diphteriae. Situation de Corynebacterium Diphtheriae en France (1987-1995). BEH 1996 ;17.
- 4. Center for Disease Control and Prevention. National Immunization Program. Diphtheria in : Epidemiology and Prevention of Vaccine-Preventable Diseases 4th edition (Pink Book):43-54.
- 5. APPIT. 76.Diphtérie. dans : APPIT, ed Pilly E. Montmorency : 2M2, 1996 : 349-350.
- 6. Fourrier A et coll. Diphtérie. dans : Objectifs de pathologie infectieuse, ed Crouan & Roques. Lille, 1980 : 33-7.
- 7. Vincent-Ballereau F. et al. La population adulte française est-elle protégée de la diphtérie en 1995 ? Résultats d’une enquête sérologique multicentrique. Med. Mal. Infect. 1995 ; 25 : 622-6.
- 8. Vaccination antidiphtérique, rappel des recommandations . BEH 1997 ;39.

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité