Malaria : reconnaître les premiers symptômes

La malaria, plus communément appelée « paludisme », est une maladie parasitaire tropicale pouvant avoir d’importantes répercussions sur la santé. La fièvre est-elle l’un de ses symptômes les plus caractéristiques ?

Publicité
Publicité

© Istock

Malaria : les signes cliniques

Publicité

Généralement, les premières manifestations de la maladie se déclarent entre 7 à 16 jours après la contamination, c’est-à-dire après la piqûre par un moustique infecté par l’un des nombreux parasites responsables de la malaria. Dans sa première phase, la malaria va présenter des symptômes comparables à ceux d’une grippe : fièvre élevée d’apparition brutale, frissons, céphalées, douleurs musculaires, troubles gastro-intestinaux (nausées et/ou vomissements). Mais à la différence d’une simple infection virale, la fièvre générée par l’affection parasitaire va présenter un caractère cyclique. Après plusieurs jours de fièvre, la température va redescendre subitement pendant plusieurs heures avant de remonter. Ces différents cycles correspondent aux attaques successives des globules rouges par le parasite.

Malaria : le traitement

Une fois le diagnostic confirmé par une analyse sanguine, un traitement antipaludique est mis en œuvre. Dans la plupart des cas, ce sont des médicaments appartenant à la classe des « Artemisinin-based Combination Therapy » (ACT) qui sont préconisés. Ceux-ci contiennent de l'artémisinine, un principe actif provenant de l’armoise annuelle. En association avec d’autres molécules, elle s’avère efficace sur la plupart des parasites. Mais il arrive que certaines formes parasitaires affichent une résistance plus importante à ce type de traitement. Dans ce cas, la primaquine, qui est un immunosuppresseur, sera privilégiée.

Publicité

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité