Publicité
Publicité

[16 janvier 2007 - 11:01]

Avec plus de 611 000 Européennes victimes chaque année de fractures de la hanche, l’ostéoporose prend de plus en plus la forme d’une épidémie. Aggravée bien sûr, par le vieillissement de la population. Pourtant du dépistage au traitement, les moyens ne manquent pas.

Publicité
La communauté scientifique constate cependant, au fil de nouvelles études, que la carence en vitamine D des femmes souffrant d’ostéoporose constitue un frein à l’efficacité des traitements. C’est un phénomène extrêmement répandu, puisque selon un travail belge, 90% des Françaises ménopausées présentent un tel déficit. Or cette dernière - appelée aussi par son appellation chimique de calciférol - permet l’absorption du calcium et du phosphore par l’intestin. Un rôle majeur qui permet notamment de fixer le calcium sur les os. Et par conséquent de consolider le squelette.

Aujourd’hui, il existe des traitements qui non seulement augmentent la densité minérale osseuse (DMO) mais qui en plus apportent de la vitamine D pour éviter la prise simultanée de deux médicaments. Et le travail d’une équipe américaine, qui a comparé l’efficacité d’un traitement classique à un autre contenant de la vitamine D, a montré que dans le groupe traité avec de la vitamine D, le risque de carence était diminué de 64% !

Source : Current Medical Research and Opinions, Vol 22 N°9 pp.1745-1755

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité