Publicité
Publicité

[8 février 2007 - 16:46]

La Commission de la Transparence vient de rendre son avis sur le rimonabant, un médicament qui crée une nouvelle catégorie dans les moyens de lutte contre l’obésité et le diabète. Il appartient au ministre de la Santé d’en tenir compte - ou non - pour son remboursement.

Publicité
Le petit nouveau -il vient concurrencer la sibutramine (Sibutral) et l’orlistat (Xenical)- se voit attribuer un Service médical rendu qualifié de « modéré chez les patients obèses (IMC supérieur ou égal à 30) et diabétiques de type 2, insuffisamment contrôlés par une monothérapie par metformine ou par sulfamide ». Il est en revanche jugé « insuffisant chez les patients ne répondant pas aux critères ci-dessus. »

Annoncé en 2004, le rimonabant est déjà commercialisé sous la marque Acomplia. Il franchit l’ultime étape avant son remboursement éventuel. La Commission recommande une prise en charge au taux de 35%. La population susceptible d’en bénéficier serait « de l’ordre de 155 000 à 170 000 ».

Ce chiffre peut paraître modeste au regard du nombre des diabétiques traités en France, environ 2,1 millions selon l’InVS, dont 91% de diabétiques de type 2. En fait, si le traitement permet d’obtenir une réduction du poids supérieure à 4 kg par rapport au placebo, la Commission s’interroge notamment « sur (sa) tolérance psychiatrique ».

Elle recommande par conséquent que soient « exclus de la population cible les patients ayant présenté une dépression caractérisée ».

Source : Haute Autorité de Santé, Avis de la Commission de la Transparence, 3 janvier 2007

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité