Publicité
Publicité

[6 février 2007 - 11:10]

Face à la situation de la Grande-Bretagne qui vient de confirmer, après la Hongrie, ses premiers cas de grippe aviaire, la France adapte le dispositif de protection de sa faune sauvage. Sur recommandations de l’AFSSA, elle a élevé le niveau de risque de « négligeable » à « faible ».

Publicité
Il s’agit du 3ème niveau de risque ( sur 6 ) tel que prévu par la grille d’évaluation de l’Agence française de Sécurité sanitaire des Aliments. Sur le terrain, le dispositif de protection et de surveillance est donc renforcé par 3 premières mesures « d’application immédiate » :

renforcement de la surveillance des oiseaux sauvages, notamment des mortalités ;

interdiction des lâchers de pigeons « avec départ ou survol des pays où des cas de grippe aviaire sont apparus » ;

et pour les chasseurs, renforcement de la biosécurité pour éviter tout contact entre « les oiseaux captifs et les appelants ».

Mais attention, la grille de l’AFSSA n’a rien à voir avec le Plan gouvernemental de prévention et de lutte contre la pandémie grippale. Pour l’heure en effet, nous sommes dans le cadre d’une épizootie, et non face à une menace de pandémie. Il n’y a toujours pas en France de transmission à l’homme du virus aviaire.

De son côté, Dominique de Villepin préside depuis 10h à l’Hôtel Matignon, une réunion interministérielle pour « définir le dispositif qui sera mis en place dans les prochains jours en fonction des résultats de l’enquête engagée par les autorités britanniques et de la concertation européenne ».

Source : ministère de la l’Agriculture et de la Pêche, 5 février 2007

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité