Publicité
Publicité

[15 janvier 2007 - 08:10]

Traumatisés sans même avoir vécu un traumatisme. C’est le risque encouru par les travailleurs sociaux qui, à l’écoute répétée de personnes atteintes du syndrome de stress post-traumatique (STPT), pourraient à leur tour en développer les signes.

Publicité
Ce « transfert » de stress doublerait, chez ces professionnels, le risque de STPT. Le Pr Brian Bride et ses collègues de l’Université de la « Georgia School of Social Work », en ont suivi 300 dans ce cas.

« Près de 40% d’entre eux pensent souvent, de manière involontaire, au stress de leur travail », souligne-t-il. Et 28% déclarent avoir des difficultés à se concentrer. « Le fait d’entendre de manière répétitive les histoires des victimes de traumatismes peut ainsi déclencher un syndrome de stress post-traumatique, que l’on pourrait qualifier de secondaire ». Pour l’éviter, l’auteur recommande de prendre du recul par rapport à ses activités professionnelles. « Pensez à vous, profitez de votre temps libre pour vous détendre ». Un conseil de simple bon sens, qui pourrait s’adresser à tous les professionnels exposés au stress, quel qu’il soit ...

Source : Social Work, 4 janvier 2007

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité