Publicité
Publicité

[12 février 2007 - 10:00]

Voilà 60 ans que c’est devenu une évidence : l’excès de cholestérol bouche les artères et fait le lit des maladies cardio-vasculaires. Et de nombreuses études ont établi qu’en faisant baisser le cholestérol dans le sang, on réduit ce risque.

Publicité
Aujourd’hui les médecins s’intéressent surtout au LDL-cholestérol, le « mauvais » cholestérol, celui qui se dépose sur les parois des artères aussi sûrement que le calcaire se dépose dans la tuyauterie de votre salle de bains.

Depuis 2005, le taux maximum de LDL-cholestérol toléré pour les patients à haut risque cardio-vasculaire est établi par les autorités de santé à 1 g/l, un chiffre rond facile à retenir. Les Américains estiment même que ce plafond devrait être ramené à 0,7 g/l pour les patients à très haut risque.

Problème, toutes les études montrent qu’environ la moitié des patients n’y parvient pas. Soit qu’ils ne suivent pas sérieusement leur traitement. Soit que celui-ci, essentiellement les statines qui bloquent la production du cholestérol par le foie, n’est pas assez efficace. C’est rageant car une baisse de 0,4 g/l de LDL apporte une réduction du risque de 31 % ! C’est dire combien elle est efficace.

Il existe d’autres traitements qui, associés à une statine, bloquent l’absorption intestinale du cholestérol, et abaissent davantage le LDL. Le gras dans les artères, c’est comme le calcaire dans les tuyaux d’eau : quand il y en a un peu, il est possible de limiter les dégâts.

Quand ils sont bouchés... c’est une autre affaire. Et quand il s’agit de notre circulation sanguine, c’est plus lourd de conséquences que dans notre salle de bains !

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité