Publicité
Publicité

Briser... la trouille

"Il faut mystifier les troubles de la prostate", poursuit le Dr Coulange. En effet, comme le montre une étude Ipsos sur la prostate et ses représentations, les "problèmes" de prostate sont associés à l’impuissance, l’infertilité et l’incontinence urinaire. Des préjugés qui conduisent de nombreux hommes, par des mécanismes de déni, à refuser l’éventualité de la maladie à laquelle renvoie implicitement le dépistage.

Mais le tabou de l’examen clinique (en particulier le toucher rectal qui consiste à mettre un doigt dans le rectum pour explorer la prostate) constitue un autre frein. C’est pourtant l’examen le plus contributif en termes de dépistage dans le cancer de la prostate car les dosages sanguins (le fameux PSA) et l’échographie prostatique sont beaucoup moins fiables pour affirmer le diagnostic.

Enfin les traitements sont vécus comme "castrateurs", retirant tout espoir de vie sexuelle. Or cette peur n’est pas fondée : même après une ablation de la prostate (prostatectomie), les érections sont possibles si les nerfs de l’érection ont été préservés et, le cas échéant, les inductions de l’érection comme le Viagra, le Cialis ou le Lévitra permettront de retrouver une sexualité quasi-normale.

Bref il faut briser les préjugés, lever les tabous et les peurs qui peuplent l’univers masculin et ne pas hésiter, dès cinquante ans, à consulter son médecin traitant pour faire contrôler sa prostate

Pour en savoir plus

Site d’information sur le cancer de la prostate de l’université de Liège (Belgique)

La définition de la prostate dans le Dico de l’amour et des pratiques sexuelles de SeniorPlanet

Dr Jean-Pierre Rageau

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité