Recherche medicale

Les dernières actualités

Un utérus artificiel testé sur des agneaux

Un utérus artificiel pourrait-il à l'avenir améliorer la survie des grands prématurés ? Des résultats encourageants ont été obtenus à partir de tests sur des agneaux. L'expérimentation a été menée par des chercheurs de l'hôpital pour enfants de Philadélphie. Ils ont conçu un appareil constitué d'une poche en plastique remplie de fluide, avec un système qui fournit de l'oxygène relié au cordon ombilical. Le milieu dans lequel le foetus évolue avant la naissance est ainsi reconstitué. Grâce à ce dispositif, ils sont parvenus à faire se développer pendant quatre semaines un foetus d'agneau, animal chez qui le développement des poumons in utero est 'très proche' de ce qui se passe chez les humains, rapporte l'étude, publiée dans la revue Nature Communications. Les chercheurs doivent approfondir leurs tests chez l'animal avant d'envisager de passer à des essais chez l'homme, d'ici 'trois à cinq ans'.

Lyon place forte de lentrepreneuriat

Quels sont les secrets du dynamisme entrepreneurial de Lyon ? Comment la ville a t-elle peaufiné un écosystème qui permet aux PME locales de devenir de véritables championnes sur les marchés internationaux, par exemple dans l'un de ses pôles d'excellence, celui de l'industrie médicale ? C'est ce que nous découvrons dans cette édition de Business Planet. Pour mieux comprendre ce climat lyonnais favorable à l'essor des PME, commençons par interroger Raddouane Ouama, le coordinateur de Lyon Ville de l'Entrepreneuriat (LVE). Nous le rencontrons dans les locaux de Now Coworking qui propose des espaces de travail collaboratif. Serge Rombi, euronews : 'Votre réseau LVE est particulièrement actif à Lyon.' Raddouane Ouama, coordinateur de LVE : 'Oui, l'ambition est double : il s'agit d'une part, de promouvoir l'entrepreneuriat et d'autre part, d'aider les entreprises à grandir. Le réseau compte 50 partenaires et 200 experts et accompagne chaque année, plus de 15.000 entrepreneurs.' Les beaux projets de nos #entrepreneurs lauréats du #ConcoursLVE2016 sous les pinceaux d'EmilyDessine à (re)voir https://t.co/wn7Q0ts2MM pic.twitter.com/7YLOHmgGpD- LVE (Creer_a_Lyon) 10 février 2017 Championne de l'innovation Industrie européenne des dispositifs médicaux L'industrie européenne des dispositifs médicaux figure parmi les leaders mondiaux, avec des ventes totales atteignant 100 milliards d'euros. Ce qui représente 30% du marché à l'échelle de la planète. En Europe, ce secteur emploie quelque 500.000 personnes. Près de 95% de ses entreprises sont des PME. Cette industrie mise beaucoup sur l'innovation : jusqu'à 10% des ventes annuelles sont réinvesties chaque année en Recherche et Développement. Toutes les 50 minutes, un nouveau brevet est déposé par les acteurs de ce secteur en Europe. 'Lyon Ville de l'Entrepreneuriat' a remporté en 2016, le Prix européen de la Promotion de l'Esprit d'Entreprise dans la catégorie 'Promotion de l'Esprit d'Entreprise.' Ces récompenses distinguent ceux qui favorisent l'entrepreneuriat et l'essor des petites et moyennes entreprises au niveau national, régional et local. Liens utiles Dispositifs médicaux Prix européens de la Promotion de l'Esprit d'Entreprise Lyon - Ville de l'Entrepreneuriat Eye Tech Care Prenons à présent, un exemple concret : une PME lyonnaise qui excelle dans le secteur de l'industrie médicale. Elle propose une innovation synonyme de révolution dans le traitement du glaucome, une maladie qui provoque une destruction progressive de l'oeil. Au CHU de Grenoble (les images du reportage sont diffusées avec l'aimable autorisation du Pr Florent Aptel), nous découvrons comment un médecin utilise cet outil unique au monde fonctionnant par ultrasons, ce qui évite au patient une chirurgie invasive. Ce domaine d'activité fait la fierté de Fabrice Romano, cofondateur de l'entreprise à l'origine de ce procédé, EYE TECH CARE : 'Savoir que tous les jours, il y a des patients quelque part dans le monde dont on va préserver la vue, auxquels on va éviter de devenir aveugle, pour moi, c'est un accomplissement total.' Plus de la moitié du chiffre d'affaires de cette PME est réinvesti en Recherche et Développement. Le produit a beaucoup évolué depuis son lancement en 2013.Après avoir été commercialisé en Europe, il est sur le point d'arriver en Inde et en Chine. 'Le marché du glaucome tous produits confondus dans le monde entier vaut à peu près 5 milliards d'euros, précise Dietrich Wolf, directeur général de la société, avant d'ajouter : En termes de patients, il y a environ 120 millions de personnes atteintes d'un glaucome à l'échelle de la planète dont un quart en Chine.' Frost_Sullivan believes EYE TECH CARE has an intuitive, patient friendly device for the treatment of #glaucoma. https://t.co/etFYFR70Sz- Frost & Sullivan BP (FrostBPAwards) 1 février 2017 Les bienfaits du réseau À sa création, l'entreprise a reçu une aide financière et a été hébergée pendant un an dans l'un des incubateurs du réseau lyonnais. Ce qui lui a permis notamment d'établir des brevets, de préparer les levées de fonds et donc, de réaliser le transfert de la technologie vers le marché. 'Ce qui est remarquable, souligne Fabrice Romano, c'est que LVE est un réseau extrêmement efficace où tous les membres interagissent bien les uns avec les autres. Quand on a un problème, qu'on se pose une question, poursuit-il, quelqu'un quelque part dans le réseau a la réponse et on la trouve vite !' Poursuivons notre entretien avec Raddouane Ouama, coordinateur de LVE. Serge Rombi : 'Ce n'est pas pour rien que cette entreprise en est là où elle en est aujourd'hui.' Raddouane Ouama : 'Oui, l'industrie médicale est l'un de nos pôles d'excellence portés par de grands acteurs historiques certes, mais aussi par des PME nombreuses, innovantes et extrêmement agiles.' Vers un écosystème européen ? En Europe, l'industrie médicale constituée de PME à près de 95% emploie 500.000 personnes. Quant au réseau lyonnais, il a reçu cette année l'un des Prix européens de la Promotion de l'Esprit d'Entreprise de la Commission européenne. #Lyon ville de l'entrepreneuriat won an #EEPA for its capacity to promote entrepreneurial spirit! https://t.co/4uESnYgRkH #SMEassembly2016 pic.twitter.com/wG9MxB4OXF- Promoting Enterprise (@EEPA_EU) 7 décembre 2016 Serge Rombi : 'Raddouane Ouama, cela fait quinze ans que vous accompagnez les entrepreneurs et vous envisagez de donner à ce système, une dimension européenne.' Raddouane Ouama : 'Oui, j'aimerais lancer un appel à toutes les villes européennes qui souhaiteraient se joindre à nous pour mutualiser nos expériences et développer à l'échelle européenne, un écosystème encore plus performant.' Filming #BusinessPlanet euronews #Lyon #Lve cc EU_Growth EEPA_EU pic.twitter.com/SspzIBMSEF- Serge Rombi (SergeRombi) 21 février 2017

Quand la mer devient fontaine de jouvence

Et si le secret de l'éternelle jeunesse se trouvait dans la mer ? La biodiversité marine est une source inépuisable de découvertes pour la médecine et la cosmétologie. Au bord de la Méditerranée, des scientifiques espagnols comptent bien en profiter. Ils participent tout comme des chercheurs français entre autres, au projet européen Tascmar qui vise à développer des technologies innovantes pour la culture d'invertébrés marins et de leurs micro-organismes associés. Ce jour-là, à Almuñecar en Espagne, la météo est idéale pour une sortie en mer et pour la mission que se sont donné des biologistes marins : une collecte d'échantillons menée dans le cadre d'un projet de recherche européen baptisé Tascmar. Ils se concentrent sur la zone mésophotique (partie inférieure de la zone photique, c'est-à-dire la zone où pénètre la lumière) qui se situe à plus de trente mètres de profondeur et qui est encore méconnue. Le potentiel anti-âge des biomolécules associées aux invertébrés 'Nous cherchons des invertébrés marins, nous explique Rafael Belda Poveda, technicien de recherche en biologie au sein de iMare Natural avant de préciser, alors que nous nous apprêtons à plonger : Nous sommes sur un élevage de moules et nous allons plonger pour prélever les espèces dont nous avons besoin. Les invertébrés, précise-t-il, présentent des biomolécules qui peuvent être utilisées dans les domaines de la cosmétique, la pharmacologie et la nutrition.' Pour se défendre de prédateurs, les polypes, les éponges et d'autres invertébrés produisent des toxines. Des composés qui pour certains, pourraient être utilisés chez l'homme d'après ces scientifiques pour retarder les effets du vieillissement, éliminer des cellules cancéreuses ou guérir d'autres maladies. 'On commence par prendre des échantillons d'invertébrés de petite taille qui font entre 50 et 100 grammes pour les emmener en laboratoire, indique Ana Esther Ortiz Maldonado, océanographe et chef de production à iMare Natural. Si cet invertébré produit des substances intéressantes, poursuit-elle, on pourra en faire la culture et le reproduire artificiellemen et de cette manière, on ne sera pas obligé de porter atteinte aux populations qui se trouvent dans la nature.' TASCMAR non-destructive diving collections in action with iMareNatural: https://t.co/lyfi4HPXwK#euronews #coralreef- TASCMAR (TASCMAR) 28 avril 2016 13 partenaires dans 8 pays Dans leurs installations dédiées, les chercheurs testent des techniques efficaces pour cultiver ces invertébrés en dehors du milieu marin qui soient aussi respectueuses de l'environnement. L'identification des espèces les plus prometteuses se fait en lien avec d'autres partenaires en Europe. 'Les échantillons collectés sont ensuite 'envoyer dans de bonnes conditions en France où une autre phase du projet Tascmar est menée à bien, à savoir les tests d'extraction biochimique,' explique Ana Esther Ortiz Maldonado. A Gif-sur-Yvette, au sein de l'Institut de Chimie des Substances Naturelles du CNRS, nous rencontrons une équipe française qui a quant-à-elle développé des outils innovants pour extraire les composés chimiques de ces invertébrés et cultiver des micro-organismes symbiotiques qui permettront de produire des molécules anti-âge à une échelle industrielle. 'Les maladies telles qu'Alzheimer, Parkinson, la DMLA [dégénérescence maculaire liée à l'âge], les problèmes d'arthrose ou encore l'aspect esthétique de la peau -, l'anti-âge regroupe un nombre considérable de désordres et de maladies,' fait remarquer Jamal Ouazzani, coordinateur du projet TASCMAR et microbiologiste au ICSN-CNRS. Production durable Pour une démarche plus écologique, les scientifiques ont par exemple établi que les cultures microbiennes pouvaient se faire sur de minuscules granulés de polymère. Ce qui permet d'utiliser moins de solvant et de réduire les déchets chimiques. 'Nous allons insérer des résines particulières qui vont adsorber les molécules d'intérêt, précise Jamal Ouazzani. Du coup, on n'a plus besoin d'extraction liquide, on va juste désorber avec un tout petit peu de solvant, ce qui a été capté par ces résines et c'est [une option] d'abord économique, écologique et surtout efficace.' Ces scientifiques se sont donnés jusqu'en 2019 pour savoir comment exploiter de manière durable, tout le potentiel de ces micro-organismes qui s'annoncent bénéfiques pour notre santé. iMare Natural-TASCMAR aquaculture workshops to inspire future Andalusian scientists!https://t.co/8ztMQZOczW TASCMAR pic.twitter.com/WCFKVPetWs- iMare Natural S.L. (iMareNatural) 2 juin 2016

Un traitement expérimental ralenti les effets d’Alzheimer sur certains patients

C'est peut-être la première avancée médicale significative dans la lutte contre Alzheimer, cette dégénérescence incurable. Les laboratoires américains Eli Lilly sont parvenus avec le solanezumab à préserver la plupart des capacités cognitives de certains patients aux premiers stades d'Alzheimer. Ce médicament est capable de ralentir les effets de la maladie par rapport à des groupes ayant pris un placebo. Pour le chercheur Paul Aisen, 'cela suggère que plus la thérapie débute de manière précoce plus elle semble efficace. Les effets bénéfiques peuvent alors modifier positivement la maladie, mais si la thérapie est initiée plus tard, les effets de la maladie ne peuvent plus être corrigés'. 44 millions de personnes dans le monde sont atteintes de démence dont la forme la plus répandue est Alzheimer. Ce nombre devrait passer à 135 millions de personnes d'ici 2050. Cela se traduira par une explosion des dépenses de santé avec une évaluation à 555 milliards d'euros selon des données fournies par des organisations internationales chargées de la lutte contre Alzheimer. La plupart des experts restent prudents et attendent désormais les prochains résultats des laboratoires Eli Lilly qui seront publiés dans dix-huit mois.

Grande-Bretagne : dépister l’autisme dès six mois

Diagnostiquer dès le plus jeune âge les troubles du comportement tels que l'autisme ou l'hyperactivité avec déficit de l'attention, c'est la mission endossée par des chercheurs de l'Université de Birkbeck à Londres. Au sein du Baby Lab, comprenez le laboratoire pour bébé, ils travaillent à la mise au point d'un test de dépistage pour les bébés de six à dix mois, basé non plus sur le comportement mais sur l'activité cérébrale. Des capteurs sont placés sur le crâne du bébé alors qu'on lui montre des visages qui le regardent puis se détournent alternativement. ' Nous avons choisi les objets les plus importants dans l'environnement d'un bébé, à savoir les visages. Ils se familiarisent très rapidement avec le visage de leur mère. Le regard, le moment où quelqu'un les regarde, est aussi très important. Quand on les regarde, cela signifie qu'on veut interagir avec eux. Quand on détourne le regard, on peut vouloir attirer leur attention sur ce qu'ils peuvent apprendre de l'environnement. Un enfant qui ne développera pas d'autisme fera la différence entre quelqu'un qui les regarde ou détourne le regard, parce que cela signifie des choses différentes. Les enfants autistes ne font pas la différence,' explique Teodora Gliga, directrice du programme de recherche. Les chercheurs ont ainsi remarqué que chez les sujets qui se révèlent autistes plus tard, l'activité cérébrale à six mois est moindre en réponse aux mouvements des yeux. Si cette découverte permet de dépister l'autisme. les chercheurs ne sont pas encore certains que le test mis au point permette de diagnostiquer l'hyperactivité chez les bébés. Derrière ce test, il y a la conviction que repérer les signes précurseurs de ces troubles permet d'intervenir plus tôt et de façon plus efficace pour améliorer la qualité de vie de l'enfant comme de sa famille.