Publicité

Raconte-moi tes premiers souvenirs, je te dirai qui tu es... Telle est la méthode de connaissance de soi, à la portée de tous, proposée par le psychologue psychothérapeute Patrick Estrade dans son nouveau livre, "Ces souvenirs qui nous gouvernent". Explications et mode d’emploi...

Publicité

Les gardiens du temple

"Souvenir, souvenir, que me veux-tu ?" demandait Verlaine. "Nos souvenirs nous parlent, mais nous ne les écoutons pas, assure Patrick Estrade (1). Bons ou mauvais, ils sont liés de façon inaliénable à notre personne la plus profonde. Ils sont les gardiens de notre temple intérieur, comme nos rêves, disait Freud, sont les gardiens de notre sommeil. Ils influencent et éclairent nos comportements présents. Savoir les comprendre et les analyser peut donc être un outil de connaissance et de dépassement de soi."

Publicité
Comme le constate l’écrivain Gabriel Garcia Marquez : "La vie, ce n’est pas ce que l’on a vécu, mais ce dont on se souvient et comment on s’en souvient".

La règle du jeu est simple. Écrivez spontanément un souvenir d’enfance, le plus ancien possible, sans réfléchir ni censurer. Puis le deuxième et le troisième qui vous viennent à l’esprit ! Ensuite, apprenez à les analyser.

Patrick Estrade, qui explore les souvenirs d’enfance dans le cadre des psychothérapies, a constaté que, le plus souvent, ils mettent d’abord en scène la "nucléarité de base" : "père mère enfant", frères et sœurs, puis la famille élargie et l’environnement social. La façon dont on s’en souvient éclaire la place qu’a jouée telle personne dans l’enfance et donc dans la construction de la personnalité : un père absent, une mère joyeuse, une sœur protectrice, une grand-mère tendre, un ami de cœur, des cousins complices, un instituteur sévère, etc.

Parmi les premiers souvenirs figurent parfois des animaux familiers, des objets, des lieux, des émotions qui sont toujours porteurs de sens. Il faut essayer de savoir pourquoi ils nous ont ainsi marqués.

Un éclairage sur le présent

L’autre dimension importante à prendre en compte pour analyser vos souvenirs d’enfance est liée au déplacement : "Si la nucléarité de base renseigne sur le monde émotionnel intérieur et le besoin de sécurité, le déplacement, lui, renseigne sur la propension à explorer le monde extérieur", explique Patrick Estrade.

Après avoir exploré les composantes de la "nucléarité de base" dans vos premiers souvenirs, cherchez les éléments qui se rapportent au déplacement. Ils ne sont pas toujours évidents. Ils peuvent être clairement exprimés (voyage en voiture, balade à vélo), symbolisés (train électrique, oiseau qui s’envole), entravés (interdiction de sortir du jardin, d’aller chez un copain) ou carrément absents, ce qui est également significatif (manque d’ouverture sur l’extérieur).

Pour décrypter vos souvenirs, croisez les deux dimensions. La nucléarité a une fonction temps, verticale. Elle situe l’individu dans l’échelle générationnelle et sociale : qui suis-je ? Le déplacement a une fonction espace, horizontale. Celle-ci éclaire sur le mode de vie : comment est-ce que j’appréhende le monde qui m’entoure ?

D’après notre spécialiste, l’analyse des souvenirs d’enfance peut nous aider à y voir plus clair dans des situations dont les raisons profondes nous échappent (échecs à répétition, blocages, piétinements, attentes déçues, etc.) et donc nous permettre d’évoluer.

Maintenant que vous connaissez les grands axes de la méthode, libérez le passé. Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux de votre enfance.

"Ces souvenirs qui nous gouvernent" de Patrick Estrade. Aux Éditions Robert Laffont, sortie prévue fin mars 2006.

(1) Psychologue, psychothérapeute, auteur d’une dizaine d’ouvrages, parmi lesquels "Comment je me suis débarrassé de moi-même" aux Éditions Robert Laffont, 2004.

Sylvie Bonin

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité