Publicité
Publicité

LES ADDICTIONS REPONDENT-ELLES TOUTES A LA MEME SOUFFRANCE ?

Daniel SETTELEN

Publicité
Psychiatre - Psychanalyste

Juillet 2005

La psychogenèse des addictions apparaît comme la résultante de traumatismes archaïques précoces vécus corporellement avant l’acquisition du langage et de la capacité à symboliser. Il y a une incapacité à utiliser les mots pour communiquer et exprimer les souffrances et angoisses communes aux humains. Ces traumatismes peuvent être aussi in utero ou transmis transgénérationnellement. Tout se passe comme si les difficultés à mentaliser et à représenter se déplacent vers un comportement substitutif ou médiateur de parole. Les addictions peuvent apparaître à tout âge, lorsque les mécanismes de protection, les étayages, s’affaiblissent ou s’effondrent. C’est le deuxième temps du traumatisme ou l’élément déclenchant. Rappelons enfin que les addictions ont pour fonction de préserver la survie psychique du sujet et qu’il convient de penser le lien à l’objet d’addiction avant d’envisager la séparation.

Les addictions sont nombreuses et variées. Elles commencent souvent à l’adolescence mais peuvent être aussi apparaître à tout âge en fonction des aléas de la vie et de leur effet traumatique sur le sujet. Les addictions qui commencent chez personnes âgées sont fréquentes. Il faut y penser ! Elles interviennent comme un pansement de l’isolement, de la solitude difficile à supporter, de la diminution des capacités physiques mais aussi cognitives, d’un vécu d’inutilité et d’angoisse de la mort qui approche, dont personne ne leur parle et dont ils ont peur. De multiples souffrances sont à l’origine d’une addiction mais elles n’en sont que l’élément déclenchant, le traumatisme secondaire, et non la cause comme nous allons le voir.

? Un peu d’histoire

Addiction vient du Latin addictus. Il a été utilisé en France et en Europe occidentale jusqu’ au Moyen Age dans un contexte juridique : il signifiait l’arrêt d’un juge autorisant un plaignant à disposer à son profit de la personne du débiteur défaillant pour payer sa dette. C’était une forme d’esclavage ! Il persiste encore de nos jours une forme mineure appelée la contrainte par corps.

Disparu de la langue française, il réapparaît dans la langue anglaise sous la forme du verbe « to addict » qui signifie s’adonner à Paul Fenichel puis Joyce Mac Dougall, psychanalystes français, proposeront le concept d’addiction et l’utilisation du mot il y a plus de 20 ans.

Le concept d’addiction

Il peut se définir par deux propositions indissociables :

. tout ce qui peut entraîner un syndrome de dépendance, à savoir, un produit, un comportement mais aussi une personne ou une association, etc.
. l’envie irrépressible inhérente d’utiliser ou de consommer (dimension impulsive) avec obligation de répétition (dimension compulsive).

Nous avons tous des dépendances affectives mais pas tous des besoins compulsifs. L’addiction est en quelque sorte une forme d’habitude pathologique qui envahit peu à peu la vie mentale et sociale d’un sujet.

L’objet d’addiction

Nous avons vu qu’il pouvait être un produit, un comportement ou une personne. Il est utilisé et intervient à chaque fois que le sujet ne parvient pas à utiliser sa capacité de représentation, sa capacité à mentaliser pour gérer les aléas de la vie.

La liste des addictions possibles est longue. Sans vouloir être exhaustif, nous n’en citerons que quelques-unes

- l’alcool,
- le sexe,
- les drogues,
- le travail,
- le tabac,
- la télévision,
- les médicaments,
- Internet,
- les troubles des comportements alimentaires,
- le portable,
- les achats compulsifs,
- les tentatives de suicide, la psychopathie et délinquance,
- le jeu,
- le sport.

Sans oublier les addictions à une personne ou à une association. De même, l’exhibitionnisme dans son aspect compulsif se rattache davantage à une addiction qu’à la perversion comme on le pense souvent.

Il existe fréquemment des associations d’addictions (co-addiction) comme c’est le cas fréquent avec alcool-tabac, drogue-médicament, ...

Il faut également signaler que si le soin ne s’intéresse qu’au produit ou au comportement. Il y a le plus souvent changement d’addiction : passage de la drogue, de l’alcool à la dépendance associative, du jeu à l’alcool, ...

Publicité

  • RégimeÉquilibré
  • RégimeHypocalorique
  • RégimeHyperprotéiné
  • RégimeIndex
    glycémique bas

Je maigris avec le régime
qui me convient !

 
cm
kg
* champs obligatoires
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité