Adénome de la prostate : une tumeur bénigne après 50 ans

Publicité

Egalement appelé hypertrophie bénigne de la prostate, l'adénome de la prostate correspond à une augmentation du volume de cette glande située à la croisée des voies urinaires et génitales. Généralement bénigne, cette pathologie touche fréquemment les hommes à partir de 50 ans.

Publicité

© Fotolia

Adénome de la prostate, quels signes ?

Les troubles urinaires représentent les principaux symptômes occasionnés par l'adénome de la prostate. Ceux-ci sont principalement dus à la pression grandissante exercée par la tumeur bénigne sur l'urètre et peuvent revêtir différentes formes : douleurs mictionnelles, besoins accrus d'uriner, vidange vésicale incomplète, diminution du débit urinaire, incontinence, mictions impérieuses… A cela s'ajoute des troubles sexuels qui s'apparentent généralement à un volume éjaculatoire plus faible.

Publicité
Adénome de la prostate, quel traitement ?

La prise en charge de cette hypertrophie prostatique varie selon différents critères. Ainsi, une tumeur de petite taille qui n'entraîne pas de gêne notable sur la vie quotidienne du patient ne fera l'objet d'aucun traitement particulier mais seulement d'une surveillance médicale attentive. En présence de troubles urinaires légers à modérés, le traitement de l'adénome prostatique est avant tout médicamenteux (alpha-bloquants, inhibiteurs de la 5-alpha-réductase…). Le recours à la chirurgie n'est préconisé qu'en cas d'échec de la thérapie médicale et consiste, la plupart du temps, en une ablation de l'adénome. En cas de contre-indication chirurgicale, la pose de prothèses dans le canal urétral est parfois indiquée pour traiter des troubles urinaires handicapants.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité