Les 2 signes d'un arrêt cardiaque

En France, entre 40 000 et 50 000 arrêts cardiaques surviennent chaque année. Les chances de survie sont de moins de 10% environ, bien souvent parce que les gestes de premiers secours ne sont pas donnés assez vite. Voici les deux signes caractéristiques d'un arrêt cardiaque. 

Publicité
Publicité

© Adobe StockEn France entre 40 000 et 50 000 personnes sont victimes d'un arrêt cardiaque tous les ans et 130 personnes en meurent chaque jour. Dix fois plus que les accidents de la route, rapporte l'association "TOM : tous ouverts au massage" qui milite pour la formation des citoyens au massage cardiaque. "Deux fois sur trois, ce genre d'accident se produit devant témoin, explique le professeur Gérard Helft, vice-président de la Fédération française de cardiologie . C'est pourquoi, il est important de savoir l'identifier et connaître les gestes d'urgence à effectuer."

2 fois sur 3, l'arrêt cardiaque est dû à un infarctus

Publicité

Contrairement à la crise cardiaque due à l'obstruction d'une artère empêchant le sang d'accéder au coeur, l'arrêt cardiaque correspond à l'arrêt complet du coeur. Dans ce cas, c'est l'inverse, c'est le coeur qui n'envoie plus le sang vers les organes vitaux. "Il se manifeste par deux signes : la perte de conscience parce que le cerveau n'est plus oxygéné et l'arrêt de la respiration , explique notre interlocuteur."

En décembre 2015, une étude américaine publiée dans le journal scientifique Annals of Internal Medicine révélait que dans 50% des cas d'arrêt cardiaque, le patient avait eu des signes d'alerte 24 heures, voire même un mois avant. "Deux fois sur trois, un arrêt cardiaque est la conséquence d'un infarctus, explique le spécialiste et ce dernier peut effectivement présenter des signes avant-coureur comme un essoufflement inhabituel au moindre petit effort alors qu'il n'y en avait pas avant, une douleur dans la poitrine, mais pas forcément du côté gauche. Elle est souvent ressentie au niveau du sternum et peut irradier dans le bras gauche ou dans la mâchoire."

Pourquoi il est important de savoir identifier un malade en arrêt cardiaque ? Parce que la survie dépend de la rapidité avec laquelle le patient est pris en charge dès les premières minutes. " Si les chances de survie en cas d'arrêt cardiaque sont inférieures à 10% c'est souvent parce que les premiers gestes de secours ne sont pas faits ou connus par le grand public. Pourtant deux fois sur trois, un arrêt cardiaque survient devant témoin et les séquelles neurologiques peuvent être importantes", se désole le professeur Gérard Helft.

Arrêt cardiaque : appeler le 15 immédiatement

Si vous êtes en présence d'un sujet en arrêt cardiaque qui perd conscience et qui ne respire plus donc : "Il faut immédiatement appeler le 15 tout en mettant la victime en position latérale de sécurité . Ensuite, il faut mettre le patient rapidement sur le dos et pratiquer un massage cardiaque . Si on ne sait pas le faire, il est possible de garder le 15 sur haut-parleur et les laisser vous dicter la marche à suivre", conseille notre interlocuteur. Avant d'ajouter que ces gestes devraient être appris dès l'école. Pour ceux qui le souhaitent, il existe de nombreuses formations permettant d'acquérir les gestes de premiers secours, il est important de les connaître car ils peuvent sauver des vies.

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité