AVC : des symptômes différents chez la femme

Il est important de savoir repérer chaque symptôme d’un AVC afin d’appeler les urgences sans perte de temps, même si les signes diminuent. Attention toutefois : en cas d’AVC, certains symptômes sont propres à la femme et, par méconnaissance, ils ne sont pas toujours associés à une attaque cérébrale.
Publicité
Publicité

5362133-inline-500x355.jpg

Les symptômes d’un AVC communs à l'homme et à la femme

Il n’existe pas un mais plusieurs symptômes liés à l’Accident Vasculaire Cérébral, communément appelé attaque cérébrale. Certains d’entre eux sont communs aux deux sexes, à savoir :

- une vision trouble ;

Publicité

- des vertiges ;

- des problèmes de langage ;

- l’engourdissement d’un seul côté du corps pouvant aller jusqu’à la paralysie ;

- une perte partielle de mémoire.

AVC : des symptômes plus spécifiques à la femme

En plus des manifestations communes aux deux sexes, on peut déceler, en cas d’AVC, d’autres symptômes chez la femme. Le risque est que l'entourage de la victime ne pense pas nécessairement qu'ils sont liés à une attaque cérébrale. Il peut s’agir d’hallucinations, d’un souffle court, de nausées, d’un hoquet, d’une modification de la personnalité. Parfois la patiente a des vertiges ou perd connaissance. Une crise d’épilepsie peut aussi être parmi les différents indicateurs d’un accident vasculaire cérébral chez la femme.

AVC : quel traitement ?

L’accident vasculaire cérébral est une cause d’infirmité. Plus la prise en charge est précoce, plus le patient a des chances de récupérer. En agissant vite, les dommages causés au cerveau sont moins importants du fait du rétablissement rapide de la circulation sanguine.

Chaque forme d'AVC nécessite un traitement médicamenteux spécifique, à savoir :

- Un AVC hémorragique implique la prescription d’un médicament pour faire baisser la tension artérielle et de benzodiazépines en cas de crise d’épilepsie déclenchée par l’hémorragie.

- Un AVC non hémorragique nécessite un traitement qui empêche les caillots de grossir et limite les risques de formation de nouveaux caillots. Il peut s’agir d’un antiplaquettaire ou d’un anticoagulant. L’aspirine peut être, par la suite, l’unique traitement à prendre au quotidien.

Dans les deux cas, une intervention chirurgicale peut être décidée à titre préventif pour éviter les récidives. Suite à un AVC hémorragique, l’acte de chirurgie préventive permet de retirer le sang accumulé dans le cerveau. Après un AVC non hémorragique, on peut pratiquer un nettoyage des parois de certaines artères grâce à l’endartériectomie. Chez certains patients, l'angioplastie s'avère indispensable. Elle consiste à insérer une tige métallique dans l’artère touchée par l’athérosclérose.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité