Insuffisance cardiaque chronique : le diagnostic

L’insuffisance cardiaque fait partie des maladies cardiovasculaires les plus fréquentes. Mais pour lutter efficacement contre l’insuffisance cardiaque chronique, encore faut-il pouvoir la diagnostiquer rapidement. Alors quelles méthodes diagnostiques existe-t-il pour la déceler et comment la traite-t-on ?

Publicité
Publicité

© Istock

Diagnostiquer une insuffisance cardiaque chronique

Publicité

Lorsqu’un médecin suspecte une insuffisance cardiaque (sur la base des symptômes décrits par le patient, de ses habitudes de vie et de ses antécédents familiaux notamment), il va prescrire une série d’examens afin de confirmer son diagnostic. Il pourra ainsi demander un échocardiogramme permettant d’analyser la structure interne du cœur et d’évaluer ses capacités de pompage. Un électrocardiogramme permettra de son côté d’enregistrer l’activité électrique du cœur et ainsi de déterminer la fréquence cardiaque et de déceler une éventuelle arythmie. Cet examen peut être couplé à une épreuve d’effort pour savoir si l’activité physique est responsable d’une arythmie ou si elle l’aggrave. Un cathétérisme cardiaque (angiographie) peut aussi être demandé. Il consiste à injecter un peu de colorant dans le ventricule gauche et à étudier ses contractions aux rayons X.

Traitement de l’insuffisance cardiaque

Il existe quatre grands traitements de l’insuffisance cardiaque : la modification de l’hygiène de vie, le traitement médicamenteux, la pose d’un stimulateur cardiaque et la chirurgie. La modification de l’hygiène de vie consiste notamment à adopter une alimentation pauvre en sel, à pratiquer une activité physique et à se reposer. Les médicaments qui peuvent être prescrits sont des inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC), ou des antagonistes des récepteurs à l’angiotensine II, qui favorisent le travail de pompage du cœur. On peut aussi utiliser des bêta-bloquants qui, combinés aux IEC, améliorent la survie en ralentissant le rythme cardiaque. On a recours à des antagonistes de l’aldostérone en cas d’insuffisance cardiaque avancée. Les diurétiques visent quant à eux à soulager les symptômes en favorisant l’élimination de l’eau et du sel dans les urines. La pose d’un stimulateur cardiaque permettant une resynchronisation cardiaque est toujours associée à un traitement médicamenteux. En dernier recours, la chirurgie est utilisée en cas d’obstruction des artères coronaires ou s’il est nécessaire de remplacer une valve cardiaque, voire de greffer un nouveau cœur (transplantation cardiaque).

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité