Anévrisme mycotique cérébral : la définition

Publicité
L’anévrisme mycotique cérébral est une rare complication des endocardites infectieuses. Il faut le traiter aussi tôt que possible pour prévenir une rupture d’anévrisme…
Publicité

5362118-inline-500x486.jpg© Istock

L’anévrisme mycotique cérébral : c’est quoi exactement ?

Un anévrisme est une sorte de petite « poche » se formant sur la paroi d’une artère. En ce point, l’artère est fragilisée et peut se rompre. Elle entraîne alors une hémorragie aux conséquences plus ou moins sévères selon l’artère touchée : c’est ce qu’on appelle la rupture d’anévrisme. Dans le cas de l’anévrisme mycotique, des bactéries responsables d’une endocardite (inflammation de l’endocarde, la membrane tapissant la paroi interne du cœur) se sont propagées dans l’organisme et se sont déposées sur la paroi artérielle, provoquant la formation de la « poche ». Cette complication rare des endocardites infectieuses peut toucher n’importe quelle artère, dont les artères cérébrales…

Publicité
L’anévrisme mycotique cérébral : redouté mais traitable

L’anévrisme mycotique cérébral est particulièrement redouté en raison des risques liés à une hémorragie cérébrale. Cependant, il est possible de le traiter avant qu’il ne se rompe. Une antibiothérapie intraveineuse, notamment, peut aider à résorber l’anévrisme : elle se pratique habituellement sur plusieurs semaines. Une embolisation par coils (petites spires métalliques) est également souvent pratiquée pour éviter la rupture d’anévrisme. A noter : quand la rupture d’anévrisme mycotique cérébrale a lieu, un traitement d’urgence (ex. : ligature, embolisation) limite les risques de complications.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité