Syndrome métabolique : l'absence de consensus

Publicité

Le syndrome métabolique fait débat dans la communauté scientifique. En effet, certains estiment qu’il est la conséquence d’une obésité tandis que d’autres jugent qu’il découle d’une insensibilité à l’insuline. Ainsi, dans le cas du syndrome métabolique, l'absence de consensus pose problème, d’où la nécessité de poser des critères de diagnostic communs. C’est peut-être grâce à ces outils que le syndrome métabolique fera consensus.

Publicité

© Istock

Syndrome métabolique : l'absence de consensus

Les difficultés à trouver un accord concernant le syndrome métabolique se retrouvent dès le départ rien que pour le nommer. Il prend ainsi différentes appellations selon les auteurs : syndrome X, syndrome plurimétabolique, syndrome de l’insulinorésistance ou encore quatuor mortel pour n’en citer que quelques-uns. Cela tient en partie au fait que la pathophysiologie de ce syndrome reste floue. C’est compréhensible puisqu’en tant que syndrome, de nombreux facteurs et éléments entrent en ligne de compte et il est difficile de les isoler et de les distinguer les uns des autres.

Publicité
Syndrome métabolique : le consensus

C’est pour tenter d’harmoniser tout cela que des critères diagnostiques pouvant satisfaire tout le monde ont été instaurés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Ils établissent le fait que le syndrome métabolique se définit par la présence d’un diabète de type 2 (ou de tolérance abaissée au glucose) associé à au moins deux des facteurs suivants : une obésité abdominale, des traces de protéines dans l’urine, un taux trop important de lipides sanguins et une hypertension. D’autres critères tels que les apnées du sommeil accompagnent souvent ces symptômes, mais ne sont pas significatifs en eux-mêmes.

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité