Rupture d'anévrisme : les séquelles

Rupture d'anévrisme : les séquelles©IsTOCK

Lorsqu’une artère se dilate, une petite poche remplie de sang appelée anévrisme peut se former. Ce phénomène concerne surtout les artères cérébrales et l’aorte abdominale. On parle de rupture d’anévrisme lorsque cette poche se rompt et provoque une hémorragie. La présence et la gravité des séquelles après une rupture d’anévrisme dépendent de l’artère touchée, de la quantité de sang écoulé, de la rapidité de la prise en charge, de l’âge et de l’état de santé du patient.

Publicité
Publicité

Rupture d’anévrisme, des séquelles chez un patient sur trois On estime que près d’un patient sur trois décède à la suite d'une rupture d’anévrisme. Un tiers est pris en charge suffisamment tôt et regagne son domicile sans complication, hormis des maux de tête qui finissent par disparaître. Le dernier tiers se remet de l’accident mais présente des séquelles. Dans le meilleur des cas, il s’agit de troubles de la mémoire et de céphalées plus ou moins intenses.

Publicité

Certaines personnes présentent une hémiplégie : la partie gauche ou droite de leur corps est paralysée.

L’état végétatif est la plus grave séquelle après une rupture d’anévrisme. Le mal de tête, premier symptôme de rupture d’anévrisme La rupture d’anévrisme se manifeste d’abord par un mal de tête soudain et violent. Le sujet ressent une pression si forte qu’il a l’impression que sa tête va exploser. Elle peut être accompagnée de troubles digestifs (nausées, vomissements) et visuels. D’autres symptômes tels qu’une photosensibilisation (sensibilité à la lumière), une crise d’épilepsie ou une perte de connaissance peuvent survenir.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

Publicité
Publicité