Les premiers signes de l'infarctus pulmonaire

Publicité

Complication de l'embolie pulmonaire, l'infarctus pulmonaire résulte de l'obstruction d'une artère pulmonaire par un caillot sanguin, privant d'oxygène une partie plus ou moins importante des poumons. Pour limiter les conséquences d'un tel accident, il est important de savoir en reconnaître les premiers signes pour agir vite.

Publicité

© Fotolia

Infarctus pulmonaire : les premiers signes

Il n'est pas toujours évident de détecter précocement les signes de l'infarctus pulmonaire car ses premières manifestations ne sont pas toujours caractéristiques. Si leur intensité est variable, elles associent quasiment toujours une douleur thoracique à une difficulté respiratoire. Ces deux signes spécifiques doivent faire l'objet d'autant plus d'attention s'ils s'inscrivent dans le tableau clinique d'une personne à risque de phlébite et d'embolie pulmonaire. D'autres symptômes peuvent être présents à l'image d'une cyanose au niveau des extrémités, d'une toux sanguinolente ou encore d'une accélération du rythme cardiaque.

Publicité
Infarctus pulmonaire : que faire ?

L'infarctus pulmonaire représente une urgence médicale. En présence des symptômes évocateurs cités ci-dessus, il est impératif d'appeler le SAMU en composant le 15 ou le 112. En attendant l'intervention des secours, vous devez assoir le malade en position semi-assise, c'est-à-dire en relevant le haut de son corps à 45°. Il est primordial que le malade reste immobile afin d'éviter l'aggravation des symptômes. Pour éviter la perte de connaissance, parlez-lui et rassurez-le autant que possible. Vous devez également noter l'heure à laquelle les premiers symptômes sont apparus ainsi que toutes les informations susceptibles d'être utiles au médecin.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité