La réadaptation cardiaque

Publicité
Publicité

La réadaptation cardiaque

Une fois cette phase critique passée, Bernard est opéré dans la foulée pour mettre en place deux pontages coronaires. Il est transféré quelques jours après dans un service de réadaptation cardiologique. Outre une surveillance cardiologique étroite, il doit prendre de nombreux médicaments pour fluidifier le sang, dilater les artères et favoriser la cicatrisation du cœur.

Publicité
Une kinésithérapie respiratoire est débutée dès les premiers jours, complétée ensuite par une mobilisation passive puis active de ses membres. Puis au bout d’une semaine, il commence une marche quotidienne d’une demi-heure à petits pas avec l’aide du kinésithérapeute.

Après évaluation de ses capacités physiques par un test d’effort, il démarre un programme personnalisé de réadaptation sur bicyclette ergonomique sous surveillance électrocardiographique et poursuit ses marches quotidiennes à pas plus rapides.

Au bout de trois semaines, Bernard a retrouvé son souffle et les nombreuses douleurs musculaires ont disparu. Il aura bénéficié durant tout son séjour de conseils nutritionnels et d’hygiène de vie pour le préparer à son retour à la maison.

Le cœur sous haute surveillance

Médecin traitant et cardiologue prendront le relais après la sortie du centre de réadaptation cardiaque. Consultations mensuelles chez le médecin généraliste qui surveillera la tension, la biologie, le rythme cardiaque, le traitement anticoagulant et renouvellera le traitement.

Il sera aussi un interlocuteur privilégié pour poursuivre le sevrage tabagique (obligatoire), veiller à l’hygiène alimentaire et encourager à un exercice physique régulier. Le cardiologue prescrira des examens complémentaires comme un électrocardiogramme, une épreuve d’effort ou d’autres explorations plus spécialisées pour évaluer la fonction cardiaque.

Bernard poursuivra sa réadaptation cardiaque dans le cadre d’associations d’opérés et de malades du cœur sous la forme de séances de gymnastique bi-hebdomadaire ou de bicyclette ergonomique. Cette réadaptation est au moins aussi déterminante pour la prévention des récidives ou des complications que le traitement et la surveillance médicale.

Après un mi-temps thérapeutique, Bernard a repris son travail à plein temps mais il relativise aujourd’hui les difficultés professionnelles qu’il peut rencontrer car cet accident cardiaque a changé notre homme ! Finis les performances, la compétition, la fuite en avant. Bernard aspire désormais à une vie paisible en famille et avec ses amis. Son cœur bat maintenant pour eux.

Publicité

Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité