AVC ischémique transitoire : les traitements

Publicité

Les accidents ischémiques transitoires (AIT) sont de petits accidents vasculaires cérébraux (AVC). Quels sont, en cas d'accident ischémique transitoire, les traitements qui existent et donnent-ils de bons résultats ? 

Publicité

© Fotolia

Comprendre les AIT pour comprendre le traitement des AVC ischémiques

Il existe deux grandes catégories d’accidents vasculaires cérébraux (AVC) : les AVC ischémiques et les AVC hémorragiques. Les accidents ischémiques qui sont dus à l’interruption de la circulation sanguine dans une zone du cerveau sont de loin les plus fréquents. Ils ont généralement pour origine un caillot qui obstrue une artère, l’athérosclérose (accumulation de cholestérol) étant la cause la plus souvent évoquée. Ainsi, les personnes les plus à risque sont celles qui souffrent de diabète, de surpoids et d’obésité, d’hypertension artérielle ou d’hypercholestérolémie (taux de cholestérol dans le sang trop élevé). Les AIT sont des AVC d'alerte, le patient récupère très rapidement et ne laisse pas de traces sur les images radiologiques.

Publicité
Accident ischémique transitoire : les traitements

Les traitements des accidents ischémiques transitoires, pour qu’ils soient efficaces, doivent intervenir le plus tôt possible (dans les premières heures qui suivent l’apparition des symptômes). Il s’agit en effet d’une urgence et le patient doit être rapidement admis dans une unité de soins neurologiques et vasculaires. L’objectif premier est de dissoudre le caillot responsable de l’obstruction de l’artère à l'aide d'aspirine. Une fois l’urgence passée, les traitements visent à prévenir l’apparition d’un réel AVC.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité