AVC ischémique : quels sont les traitements ?

Publicité

L'accident vasculaire cérébral (AVC) survient lorsque l'irrigation sanguine du cerveau est brutalement interrompue, privant alors l'encéphale d'oxygène. On parle d'AVC ischémique ou d'infarctus cérébral lorsque l'accident est provoqué par l'obstruction d'une artère cérébrale. Le point sur les différents traitements de l'AVC ischémique.

Publicité

Traitement de l'AVC ischémique : la dissolution du caillot

La prise en charge immédiate du patient atteint est un facteur primordial de réussite du traitement. Admis dans une unité hospitalière spécialisée, le malade est placé sous perfusion afin d'effectuer ce qu'on appelle une thrombolyse. Ce traitement médicamenteux vise à résorber le caillot responsable de l'obstruction artérielle. Plus le dispositif thérapeutique est mis en œuvre rapidement, plus les chances de limiter les lésions cérébrales induites par une privation d'oxygène seront importantes.

Publicité
Traitement de l'AVC ischémique : les antiagrégants

Une fois le caillot dissout, un second traitement médicamenteux à base d'antiagrégants plaquettaires est instauré par l'équipe médicale afin d'éviter que les plaquettes sanguines ne s'agglomèrent et forment un nouveau caillot. Lorsque l'AVC ischémique est consécutif à la migration d'un caillot en provenance du cœur, les médicaments anticoagulants seront préférés aux antiagrégants.

Traitement de l'AVC ischémique : la rééducation

Le protocole de rééducation dépend essentiellement de la localisation et de la gravité des lésions cérébrales consécutives à l'AVC ischémique. Cette phase thérapeutique a pour principaux buts d'aider le patient à récupérer le plus possible les fonctions qui ont été altérées, d'éviter que des complications ne viennent s'additionner à son état de santé déjà dégradé et de l'aider à gérer son retour à domicile avec les moyens moteurs dont il bénéficie toujours.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité