AVC hémorragique : quelles conséquences ?

Publicité

L'accident vasculaire cérébral (AVC) survient lorsqu'une région cérébrale n'est plus correctement irriguée et souffre d'un manque d'oxygénation. Alors que l'AVC ischémique est provoqué par l'obstruction d'un vaisseau sanguin par un caillot (infarctus cérébral), l'AVC hémorragique, lui, résulte généralement de la rupture d'une artère cérébrale. Quelles sont les conséquences de l'AVC hémorragique ? 

Publicité

AVC hémorragique : les causes

Les hémorragies cérébrales ne correspondent qu'à un faible pourcentage (environ 15 %) des cas d'AVC. Causé par la rupture d'une artère située dans le cerveau, l'AVC hémorragique touche principalement les personnes âgées qui présentent plus de risques de développer des pathologies des petites artères telles que l'artériosclérose. Cependant, la survenue de cette forme spécifique d'AVC peut être induite par une malformation vasculaire préexistante. Certains troubles de la coagulation peuvent également en être à l'origine.

Publicité
AVC hémorragique : les séquelles

Qu'ils soient ischémiques ou hémorragiques, les AVC provoquent des lésions cérébrales qui peuvent être irréversibles. Aussi, la rapidité de prise en charge du patient est d’une importance capitale. Celle-ci démarre par le diagnostic du type d'AVC. En effet, l'hémorragie cérébrale ne sera pas traitée de la même manière qu'un infarctus cérébral. En termes de séquelles, l'aphasie et l'hémiplégie constituent les deux principales conséquences de l'AVC. La rééducation kinésithérapique et l'orthophonie permettent néanmoins aux patients de récupérer une grande partie de leurs facultés. Il arrive parfois que des symptômes surviennent plus tardivement : épilepsie, troubles cognitifs, dépression…

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité